Diplômé en informatique et passionné de photographie, Giovanni Callimootoo veut faire comme tous les jeunes de son âge : travailler. Mais sa surdité reste un obstacle majeur sur son parcours et aucun employeur n’a voulu l’engager à ce jour en raison de son handicap. Sa mère Ella se bat pour que son fils ait les mêmes droits que les autres citoyens de la République. Mais le combat n’est pas gagné d’avance.
Quand il a appris que nous venions à sa rencontre, Giovanni Poorenen Callimootoo a préparé une petite biographie pour nous introduire dans son monde. Seul sur son ordinateur portable, il essaye de trouver les mots, en anglais, pour parler de sa passion. « Photography is to turn light into images. Specially to express the silent feeling in myself », écrit-il.
La photographie est l’une des deux passions du jeune homme de 20 ans. Depuis son jeune âge, il est attiré par les prises d’images et l’informatique. Ainsi décide-t-il de suivre une formation de Computer Technician après le collège. Mais, partout où il va, la communication reste une barrière infranchissable. Il n’arrive pas à se faire embaucher comme technicien informatique, car on lui fait comprendre qu’il ne pourra communiquer avec les clients.
C’est alors qu’il se tourne vers la photographie. Comme il n’aime pas faire les choses à moitié, il demande à sa mère de lui trouver un professeur pour une formation professionnelle dans le domaine. Après des recherches, celle-ci tombe sur le photographe Bouck Pillay Vythilingum qui accepte de le prendre sous son aile. « Quand je l’ai approché, j’étais un peu hésitante, tellement j’avais connu des refus pour Giovanni. J’ai été agréablement surprise quand il m’a dit que sa surdité ne lui posait aucun problème », relate Ella Callimootoo, la mère de Giovanni.
Deux fois par semaine, elle accompagne son fils à ses cours de photographie. « Au départ j’étais là pour faciliter la communication. Mais maintenant, je m’assois dans un coin et je les regarde. Ils se comprennent, je n’ai pas à intervenir. »
Mais l’histoire de Giovanni Callimootoo est loin d’être une simple question de passion pour la photographie. Le jeune homme veut travailler comme tout le monde. « Mon rêve est de travailler comme mes cousins et mes amis. Je veux montrer ce qu’un jeune sourd et muet peut faire. Je veux aider ma famille, avoir une vie normale comme tout le monde. Je fais un appel au gouvernement pour qu’il fasse quelque chose pour nous. Je parle aussi pour mes amis qui sont dans le même cas. Nous avons peut-être un handicap, mais nous avons aussi des capacités. »
Malgré les lois existantes, accéder au monde du travail n’est pas toujours évident pour les personnes souffrant de surdité. Le problème de communication reste un obstacle majeur. Ella Callimootoo raconte que même avec un certificat et des qualités extraordinaires, la candidature de son fils est toujours rejetée par les entreprises approchées. « C’est difficile pour lui, parfois il est agacé. Il me dit que lui aussi il est capable. Mais les autres ne le voient pas ainsi. Je sais que le gouvernement a introduit des lois pour favoriser l’embauche des personnes handicapées, mais la réalité est autre. »
Déjà, lorsqu’il était petit, ce n’était pas évident de trouver une école qui lui était adaptée. Finalement, il a découvert l’Association des Parents de Déficients Auditifs (APDA) à Curepipe, où il a pu faire sa scolarité primaire. Mais le problème surgit à nouveau pour le secondaire. « Les collèges ne voulaient pas l’accepter, car on ne savait comment faire pour communiquer avec lui. Finalement, il a intégré la Royal Academy, où il a étudié jusqu’à la Form IV. Après, cela devenait plus compliqué, le système n’étant pas adapté pour lui. Il a alors arrêté le collège pour suivre des cours afin de devenir technicien en informatique. »
Aujourd’hui c’est à la photographie qu’il s’accroche ; confiant qu’il pourra trouver une ouverture dans ce domaine, et pourquoi pas, plus tard, l’associer à l’informatique dans une spécialisation comme le graphic design. Giovanni aime photographier la nature et les gens. « La photographie est pour moi un moyen de capturer des moments précieux sur les gens, la nature, les objets… Cela me rend heureux. »
Quand il n’est pas derrière l’objectif, Giovanni sort avec ses cousines Vilasha et Lucina, ou regarde des matches de foot. Fan de Manchester United et de Wayne Rooney, il est confiant que son équipe sera championne de la Premier League à nouveau cette année. Et comme tous les jeunes de son âge, Giovanni passe du temps sur Facebook où il a beaucoup d’amis. C’est un moyen pour lui de surmonter les barrières de la communication.