En hommage à Georges Moustaki, décédé au milieu de la semaine, Le Mauricien a puisé dans ses archives des textes et photos de son séjour dans notre île, où il a reçu un accueil enthousiaste. Invité par le Centre Culturel Charles Baudelaire, il a donné le vendredi 13 janvier 1984 un concert à guichets fermés au Plaza et a participé à une fête populaire le lendemain au stade de Rose-Hill.
Pendant plus de deux heures, le Plaza, plein à craquer, a écouté dans une chaleur d’étuve un Georges Moustaki plein d’humour, de tendresse et de nonchalance. Un récital qui fut comme une bouffée d’air frais tant par les textes que par les musiques. Moustaki sur scène c’est Moustaki dans la vie. D’ailleurs, en scène il a la nonchalance qu’il aurait eu dans son salon, pendant une soirée intime entre amis. C’est sans doute ce qui a d’emblée conquis le public au Plaza, la grande simplicité de cet homme universel, qui a su faire participer les spectateurs à cette fête, cette joie simple des choses saines retrouvées. On connaissait Georges Moustaki comme un fin diseur sur disque mais très peu pour ses qualités de showman et de musicien. Le spectacle au stade de Rose-Hill, organisé aussi pour la fête Sankranti, a connu des sommets. Le ton était donné avec d’entraînants ségas auxquels ne put résister la bande de Moustaki, devant une bonne foule qui s’était déplacée pour assister au concert réunissant Claudio Veeraragoo, Jean-Claude, Serge Lebrasse, le Stanzas Group, les meilleurs chanteurs du concours Geet Gata Chal, ainsi que Sylvio Chan et l’Atelier de danse.