a 23e session de l’Indian Ocean Tuna Commission du 17 au 21 juin à Hyderabad devrait voir Port-Louis présenter sa motion formelle contestant le Membership de Londres à travers les Chagos en tant que Oveseas Territory

La FAO, qui avait objecté aux protestations de Maurice contre la Grande-Bretagne lors de la 22e session en Thaïlande en mai de l’année dernière, devrait changer de position après le vote massif de 116 contre 6 à l’ONU mercredi dernier

L’archipel des Maldives, qui assure la vice-présidence de l’Organisation régionale thonière, perçu comme un probable cheval de Troie des Anglais et des Américains

A peine le vote massif de 116 contre 6, confirmant la déroute diplomatique de Londres aux Nations unies sur le dossier de l’archipel des Chagos scellé, la 23e session de l’Indian Ocean Tuna Commission (IOTC) se déroulant en Inde du 17 au 21 juin s’avère être un test crucial. En effet, Maurice saisira l’occasion de ces délibérations régionales pour présenter et faire adopter la motion contestant le Membership de la Grande-Bretagne au sein de cette organisation régionale thonière. Ce sera l’une des premières initiatives diplomatiques engagées par Maurice pour confirmer le caractère indivisible de la souveraineté de Maurice sur son territoire, y compris l’archipel des Chagos. Une trentaine de pays sont des Contracting Parties de cette commission.

« Nous tenons d’abord à féliciter le Premier ministre indien Modi pour sa grande victoire et pour son excellente campagne électorale. » C’est ainsi que Xavier-Luc Duval a commencé sa conférence de presse, hier, à Port-Louis. Dans le même ton, il félicite et salue « le courage et la persévérance du peuple chagossien ». 

Commentant le vote du projet de résolution devant l’ONU durant la semaine, XLD se réjouit de l’augmentation du nombre de pays qui ont voté pour. « On note une augmentation de 20 pays », dit-il. Néanmoins, le leader des bleus met en garde contre toute prise de décisions précipitées. « La résolution de l’ONU est non-biding tout comme celle de l’International Court of Justice (ICJ). Il faut donc beaucoup de prudence dans l’euphorie », prévient-il. Il soutient par ailleurs que l’Angleterre et les Etats-Unis sont deux grands pays et qu’il faut les traiter avec diplomatie. « Maurice doit traiter ces deux pays avec prudence pour ne pas subir de représailles. »

Aussi, Xavier-Luc Duval réitère son soutien à Jeremy Corbyn du Parti travailliste britannique et le félicite pour sa prise de position en faveur de Maurice. Rappelant ses deux rencontres avec Jeremy Corbyn en 2016 en tant que vice-Premier ministre et en 2017 comme leader de l’opposition, XLD met ainsi en exergue les liens cordiaux et les bonnes relations qu’entretiennent le PMSD et l’homme politique britannique. Selon XLD, la victoire de Jeremy Corbyn sera bénéfique dans la lutte de Maurice et des Chagos. « Le parti travailliste est un favori en Angleterre et puisque Jeremy Corbyn a pris position pour Maurice, c’est plus qu’une lueur d’espoir pour nous », déclare-t-il.

Dans le deuxième volet des discussions, le leader de l’opposition critique vertement le ministre du Tourisme Anil Gayan. « Il est clair que la crise du tourisme est réelle. De janvier à mars, l’on a connu une perte Rs 2 milliards en recettes touristiques, représentant une baisse de 11 %. » Le leader de l’opposition souligne  que « la qualité des touristes se détériore, c’est-à-dire qu’ils dépensent moins ». Répondant à cet effet à une question de la presse, il explique que Maurice n’assure plus en ce qui concerne l’attractivité, soit l’un des trois éléments essentiels pour la survie de l’industrie du tourisme, les deux autres étant la connectivité et la promotion. « Il y a un problème important concernant le produit qui est un peu rassis. Il n’y pas d’autres développements dans le secteur, par exemple il n’y a plus de vie nocturne, et ne parlons pas de l’environnement. Les Mauriciens sont d’ailleurs fautifs, car l’on ne respecte pas assez l’environnement », dit-il en ajoutant que, « je ne pense pas comme Gayan quand il dit que c’est la connectivité le problème. D’ailleurs, il faut souligner l’incapacité de la Mauritius Tourism Promotion Authority (MTPA) à faire la promotion du pays ».

« Un amalgame avec culture, géographie et religion »

De plus, Xavier-Luc Duval estime que les propos très critiques de l’Association des hôteliers et restaurateurs de l’île Maurice (AHRIM) sont très graves et révèlent toute la défaillance des autorités. S’agissant d’Anil Gayan, XLD critique sa récente visite à Cannes et condamne sévèrement « ses propos insultants où il fait un amalgame avec culture, géographie et religion, soit un cocktail explosif qui a rendu furieuse la communauté musulmane ». Le leader du PMSD condamne sévèrement l’attitude du ministre : « Gayan n’a pas présenté ses excuses et il reste dans son arrogance. Nous comprenons parfaitement ceux qui réclament sa démission. »

Quant au projet Safe City, il fait toujours des émules. « Ce projet de Safe City met en danger notre démocratie et va opérer dans un ‘legal vacuum’ complet qui va engendrer des abus, car la ‘Data Protection Act ‘ne sera pas applicable. » Xavier-Luc Duval met les Mauriciens en garde contre ce projet, car il explique que ces 4 000 caméras intelligentes pourront suivre n’importe quel individu fiché par la police et avance que « ce projet représente un danger pour les politiciens, les journalistes, les fonctionnaires, et même les femmes, car, rappelons-le, lorsqu’on avait fait installer des caméras à la Mauritius Port Authority, un des travailleurs avait braqué une des caméras sur les chambres du Suffren où il épiait les femmes dans leur intimité », souligne-t-il.

Xavier-Luc Duval déplore également la manière d’installer ces caméras. « L’on a installé des caméras là où j’habite à Melville, un petit village où il y a un faible taux de criminalité, alors que dans les ‘hot spots’ ou devant l’ambassade de France où il y a eu des attaques, il n’y a aucune caméra. » Pour lui, ces caméras et données seront utilisées par le National Security Service (NSS) pendant les élections. Il rappelle aussi que les caméras installées sous l’ancien régime étaient contrôlées et sanctionnables sous la Data Protection Act, alors que ce projet de Safe City lui est exempt de toute loi. A cet effet, le PMSD « réclame une loi spécifique, un audit impartial effectué tous les six mois pour un meilleur contrôle et aussi un select committee ». Pour XLD, « ce projet est 1 000 fois plus dangereux que la carte biométrique ». Il met ainsi la population en garde.

Dans le dernier volet des discussions, le leader des bleus commente l’expulsion de la ressortissante malgache Léa Ratna, comme rapporté dans un quotidien, samedi. « Comment peut-on tolérer ce genre d’actions alors que cette mère de deux enfants vit à Maurice depuis vingt ans?              » Selon les faits, la Malgache aurait reçu une lettre d’expulsion six mois après le décès tragique de son époux dans un accident.

XLD regrette, par ailleurs, l’expulsion du député Shakeel Mohamed de l’hémicycle durant la semaine et a conclu en souhaitant aux mamans une bonne Fête des Mères leur souhaitant de « faire plus de bébés ».

Ce contenu est réservé aux niveaux :Abonnement annuel (paiement via Paypal ou virement bancaire), Abonnement mensuel (paiement via Paypal) et Abonnement pour 6 mois (paiement via Paypal ou virement bancaire)
S’inscrire
Log In