Navin Ramgoolam, leader du PTr, appelle à des “élections corrections pires que celles de 1995”, quand la première alliance PTr-MMM avait déjà remporté un 60/0 face au MSM. Le leader de rouges demande particulièrement aux électeurs de Quartier-Militaire/Moka de voter de manière telle que le leader du MSM, Pravind Jugnauth, réalise le pire score d’un candidat de l’alliance de l’opposition. C’était hier après-midi à St-Pierre lors du lancement officiel de la campagne électorale du PTr-MMM au N°8 en présence du leader du MMM, Paul Bérenger, et des trois candidats probables rouge-mauve de la circonscription.
Navin Ramgoolam s’étonne que sir Anerood Jugnauth critique le partage à parité 30/30 des investitures pour les prochaines élections générales entre le PTr et le MMM, alors qu’il ne trouve rien à dire du fait que le MSM avait, lui aussi , concédé 30 tickets électoraux au MMM en 2000. Le leader des rouges explique qu’à un certain moment, les négociations entre son parti et l’autre “grand parti” qu’est le MMM n’arrivaient pas à aboutir.
“J’avais alors convenu avec Paul Bérenger que si jamais nous ne parvenions pas à un accord électoral, nos deux formations allaient se présenter seules aux élections, mais il n’était absolument pas question pour le PTr de contracter une nouvelle alliance avec le MSM”, assure Navin Ramgoolam. Le chef des travaillistes revient sur les conditions entourant la première tentative de comptabilisation des langues orientales aux examens du Certificate of Primary Education (CPE) par le gouvernement MSM de 1995.
Le leader du PTr rappelle qu’en tant que leader de l’opposition, il s’y était opposé car, explique-t-il, la formule qui avait été proposée était discriminatoire envers les enfants d’une communauté. “Je m’étais dit que l’on ne pouvait faire une telle injustice. Au sein même du PTr, certains n’étaient pas d’accord avec moi et m’avaient expliqué que si je m’y opposais, Anerood Jugnauth ferait de la démagogie sur le sujet et nous n’aurions pas le temps pour nous expliquer”.
Navin Ramgoolam souligne que lors de son intervention à l’Assemblée nationale à l’époque, il avait, en tant que leader de l’opposition, rappelé au Premier ministre qu’il se devait d’être “le Premier ministre du pays et non d’une communauté”. Le leader du PTr rappelle que vers cette même période de 1995, sir Anerood Jugnauth avait, à la veille des élections, promis une augmentation de 15% aux salariés. Ce qui n’avait pas empêché la première alliance PTr-MMM de remporter un premier 60/0 sur le MSM.