Des résidents de Stanley ont écrit une lettre à la mairie de Beau-Bassin-Rose-Hill dans laquelle ils expriment leur étonnement quant à l’octroi d’un permis de construction d’un lieu de prière dans un virage à risque. Week-End est allé à la rencontre des protagonistes. « At any moment, a dangerous accident can occur and life of the public at large is at risk. » C’est en ces termes que des habitants de Stanley ont écrit à la municipalité des villes soeurs afin de protester contre la construction « illégale », selon eux, d’une structure en béton située à l’angle des avenues Berthaud et Crétin. La source de leur inquiétude est la « distance de dégagement inappropriée avec les bordures de la route et qui pourrait provoquer un malheur dans cet endroit très fréquenté. »
Or, avant le début des travaux, ce lieu, « avait une étendue juste et était conforme avec le rebord de l’angle », soulignent les résidents. Contacté par téléphone, l’héritier des lieux, Jay Hurry Komarduth, nous a d’emblée affirmé que « ce kalimaye, construit en 1860 par un pandit, avait façonné le quartier à l’époque. » Ainsi, selon lui, c’est son oncle qui racheta le terrain en 1939, avant de « le lui léguer définitivement après sa mort. »
Concernant les protestations de « ses voisins », Jay Hurry Komarduth souligne qu’il a accédé à la demande de la mairie afin de stopper les travaux, jusqu’à ce qu’il obtienne un building and land use permit, tout en précisant qu’il détient bien un rapport d’arpentage qui stipule que la structure est « inside the boundary. » Malgré ces remous, on note un véritable plaidoyer de paix du côté des deux parties concernées. « Nou kartie enn veritab ekzamp armoni ek diversite me sékirité dimounn osi li importan », a commenté une maraîchère, que nous avons rencontrée. De son côté, l’héritier du kalimaye insiste lui sur la nécessité de prier dans ces situations-là.
« We sincerely hope that reasonable minds of the authorities will eventually understand that a small location for some rites is not more important than the security of the public, especially for small children with limited sense of precautions », peut-on lire sur le courrier rédigé par les contestataires. Week-End n’a pu avoir d’autres détails et informations auprès de la Traffic Management and Road Safety Unit (TMRS) et duChief Executive Officer de la mairie de Beau-Bassin-Rose-Hill, actuellement en congé.