Face aux dernières révélations sur les dessous des Global Business Licences et de l’Investment Banking Licence de l’ASA Group auprès de la Financial Services Commission (FSC), la présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim, a pris ses distances des activités philanthropiques d’Alvaro Sobrinho. De retour d’une visite officielle à l’université de Harvard aux États-Unis, Ameenah Gurib-Fakim est intervenue à la télévision nationale, hier soir, pour annoncer qu’elle mettait un terme à sa participation aux opérations de Planet Earth Institute, « the charitable arm of Alvaro Sobrinho ». Toutefois, cette décision de la présidente de la République est loin de reléguer au second plan toute la polémique autour de la State House Connection de l’ASA Group. Ainsi, le leader de l’opposition, Xavier-Luc Duval, qui a pris l’initiative d’une lettre commune des partis siégeant dans l’opposition à l’Assemblée nationale en vue de réclamer la démission de la présidente de la République, affirme n’être pas convaincu par la dernière déclaration de la présidente de la République. De son côté, le leader du Mouvement Patriotique, Alan Ganoo, reviendra à la charge, mardi, avec les privilèges de VIP au Sir Seewoosagur Ramgoolam International Airport obtenus par Alvaro Sobrinho à la demande officielle de la State House. Lalit s’est joint au concert de l’opposition pour soutenir cette démission.
Lors d’une allocution radio-télévisée, Ameenah Gurib-Fakim a annoncé son retrait de toutes les instances de Planet Earth Institute (PEI), la branche philanthropique du multimilliardaire angolais avec résidence en Suisse. Elle affirme avoir pris cette décision au nom de la préservation de « l’image de marque de la présidence ». Elle a ajouté ne souhaiter à personne ce qu’elle a subi ces derniers temps. Elle a concédé que ces dernières semaines ont été « très dures pour elle et les membres de sa famille ». Elle faisait partie du conseil d’administration de Planet Earth Institute enregistré à Londres, mais elle a tenu à faire le point qu’elle y siégeait en tant que bénévole sans aucune rémunération.
La présidente de la République a saisi cette occasion pour lancer un appel aux partis politiques, plus particulièrement ceux de l’opposition, et la presse en général. « Tout ce que j’ai fait, je l’ai fait dans l’intérêt du pays », a-t-elle déclaré en ajoutant que la liberté d’expression et les critiques constructives ne doivent pas donner lieu à des attaques personnelles frisant l’insulte. « C’est très grave quand on fait des insinuations et des allégations », devait-elle faire comprendre en substance dans la conjoncture. Elle s’est évertuée à rejeter les allégations d’ingérence auprès des institutions en vue de faire avancer « les dossiers d’Alvaro Sobrinho ».
À ce matin, la déclaration de la présidente de la République au sujet de son retrait des instances de Planet Earth Institute n’aurait pas convaincu Xavier-Luc Duval. C’est du moins ce qu’a laissé entendre le principal concerné avant le point de presse hebdomadaire du PMSD du jour. « La présidente de la République a fait une déclaration hier soir. Cela ne m’a pas tellement convaincu. Il y a eu une ébauche de la lettre commune de l’opposition pour réclamer la démission de la présidente de la République, qui a été soumise aux parties concernées pour des signatures. On en discutera et on avisera en temps et lieu », a-t-il ajouté.
En début de semaine, dans une démarche en vue d’accentuer la pression sur la présidente de la République avec les derniers développements dans la State House Connection d’Alvaro Sobrinho au niveau de la Financial Services Commission, Xavier-Luc Duval avait annoncé une lettre réclamant le départ d’Ameenah Gurib-Fakim de la State House et signée des partis d’opposition aussi bien que des parlementaires siégeant en indépendant. En cette fin de semaine, les procédures relatives ont atteint un stade avancé.
Par ailleurs, le député Ganoo a déposé au secrétariat de l’Assemblée nationale une interpellation au sujet de cette State House Connection du multimilliardaire angolais. Il demandera au Premier ministre, Pravind Jugnauth, de révéler l’identité de tous les membres du clan d’Alvaro Sobrinho, qui ont bénéficié des facilités VIP à l’aéroport depuis 2015. Répondant à une précédente PQ, le chef du gouvernement a révélé que ces facilités de VIP ont été accordées en 31 occasions suite à des requêtes logées par la State House auprès du Prime Minister’s Office. Les éléments de réponse fournis devraient reléguer la controverse au sein de l’hémicycle.
Pour sa part, Lalit a ajouté sa voix à la campagne en vue du départ d’Ameenah Gurib-Fakim du Réduit. Lors d’un point de presse, hier, Ram Seegobin et Rajni Lallah ont été des plus catégoriques sur la question. « La présidente de la République a fait preuve de naïveté et de manque de discernement dans ces contacts avec Alvaro Sobrinho. Elle n’a d’autre choix que de soumettre sa démission et partir », ont-ils déclaré en substance.