Le député de la circonscription No 17, Stephan Toussaint, n’a pas manqué, au début de son intervention, de tirer à boulets rouges sur l’opposition pour ses maintes critiques au sujet du Budget. « Nous avions un choix à faire. C’est déplorable que l’opposition ait choisi de retourner sur ses pas. Nous avons décidé d’avancer et la population est satisfaite de notre travail », a-t-il déclaré. Selon lui, les mesures annoncées apporteront « bonheur et joie pour un pays meilleur ». Le député du No 17 estime que le Budget aidera à combattre la pauvreté. Il a ainsi invité les membres de l’opposition à effectuer une visite à la Cité-Anoska pour se rendre compte « à quel point les habitants de cette région ont placé de l’espoir dans ce Budget et espèrent des jours meilleurs ». Il poursuit : « On ne fait pas de politique sur la misère des gens. »
Par ailleurs, il a salué l’initiative du gouvernement de bannir l’utilisation du plastique. Stephan Toussaint a aussi qualifié de « très forte » l’idée d’interdire les cartes à gratter. « Il fallait que cela s’arrête. Cela ne sert à rien de sensibiliser. Aret grate, al travay », a-t-il soutenu.
Abordant les mesures annoncées pour les artistes, le député dit constater que, dans le passé, « rien n’a été fait pour soulager leur souffrance ». Il a en outre félicité le ministre des Arts et de la Culture Dan Baboo pour son intérêt à revaloriser les artistes et souligne que la création des « Smart Cities » représente « une opportunité » pour ces derniers. À la fin de son discours, Stephan Toussaint a lancé un appel aux autorités pour qu’une attention particulière soit accordée à l’Hôtel de Ville de Curepipe afin de trouver une solution pour « lui redonner sa brillance d’antan ». Et de conclure : « Ce ne sont pas les macaronis du PTr partagés en 2012 à la veille des municipales qui redonneront à ce pays sa dignité. »