C’est la question qui est sans doute sur toutes les lèvres depuis mardi matin. Jeanot Bardottier a écopé d’une lourde suspension de dix journées et d’une amende de Rs 50 000 pour n’avoir pas donné les meilleures chances à Roman Manner de l’emporter ou pour obtenir la meilleure place à l’arrivée. Le Mauricien pourrait voir sa carrière  compromise. Il pourrait ne pas retrouver le chemin des étriers avant 2017 si les règlements de la Gambling Regulatory Authority était appliqués.
Dix journées de mise à pied et une amende de Rs 50 000, les Racing Stewards ont frappé fort à l’encontre de celui que beaucoup voyaient comme un digne représentant du quadricolore mauricien sur l’échiquier international. Mais Jeanot Bardottier n’a pas appris de ses fautes précédentes. Il a non seulement récidivé en termes de careless riding et était à sa huitième incartade depuis le début de la saison, le voilà maintenant qui est sanctionné sous les «Permissible measures». Le règlement 160 A (a) qui fait état que «When riding in a race, a jockey shall:
«take all reasonable and permissible measures to ensure that, throughout the race, his horse is given full opportunity to win or obtain the best possible place in the field». C’est la faute qui fut reprochée à Jeanot Bardottier.
Le board des Racing Stewards est arrivé à la conclusion que le cavalier mauricien avait fauté en trois occasions.
1. «After jumping well when there was a opportunity to ask your mount for an effort to make Nordic Warrior and Captain Magpie work, you sat and restrained your mount».
2. «After having secured a good second position, you unnecessarily and irresponsibly restrained your mount, making the gap to enlargen up to 7 lenghts in the back straight.»
3. «Between the 600 and the 400m, when in a position to urge forward, you sat and the horses behind you, Tandragee, and Recall To Life, found themselves further back in the field.»

Ramapatee Gujadhur était présent lors de l’enquête et il déclara que les instructions était de «Bounce Roman Manner so as to clear the two horses on his Inside. Take a position behind the leader and not allow Nordic Warrior to take a soft lead.»
Stéphane de Chalain devait alors faire remarquer que Jeanot Bardottier avait déjà repris son cheval après 20-25m de course.
Jeanot Bardottier souligna qu’il était surtout concentré sur les deux chevaux se trouvant à son intérieur. Il fit référence à la dernière course de Tandragee quand il fut sermonné pour avoir sollicité le cheval au départ. Il n’avait pas sollicité Roman Manner parce que ce dernier courait plus facile que Tandragee et Pierneef.
Du 1500 au 1400m, il a eu l’opportunité de faire travailler Nordic Warrior et Captain Magpie, mais a retenu son cheval pour leur donner la possibilité de courir en  tête de la course.
Stéphane de Chalain devait aussi lui dire qu’il avait encore retenu sa monture à partir du 1300m et que l’écart entre Captain Magpie et Roman Manner n’a cessé de s’agrandir pour atteindre sept à huit longueurs au bas de la descente.
Sur une séquence du film de la course, on put voir Jeanot Bardottier reprendre son cheval avec le poids de son corps dirigé vers l’arrière et les deux pieds vers l’avant dans les étriers.
Intervention de Ramapatee Gujadhur qui demanda à Jeanot Bardottier s’il n’avait pas entendu Kevin Ghunowa qui montait Tandragee lui demander d’accélérer l’allure. Il répondit par la négative, mais on put voir sur le film qu’il se retourna à l’arrière en une occasion.
Entre le 600 et le 400m, le manque d’initiative de Jeanot Bardottier sauta aux yeux, d’où la question de savoir s’il n’aurait pas pu demander à son cheval de produire un effort.
«J’ai déjà commencé à le monter. Je lui ai même donné un coup de cravache sur l’épaule au 400m.»
Le film de la dernière course de Roman Manner fut visionné. Ramapatee Gujadhur déclara qu’il s’attendait à voir Roman Manner suivre de plus près.
Cependant, l’entraîneur fut d’avis que Jeanot Bardottier s’était trompé dans son choix. Pour lui, Roman Manner revenait après deux mois et Tandragee était le plus fit des deux. Il ajouta que «May be it was an error of judgement from my part by telling him to track Nordic Warrior and not Tandragee.»
Jeanot Bardottier plaida coupable et sanctionné au vu de la gravité de la faute.
Une enquête avait aussi été ouverte sur la monte de Not Liable. Cependant, aucune suite ne fut donnée après avoir entendu les parties concernées. Il fut toutefois demandé à Jeanot Bardottier de monter de façon à ne laisser «no room for query.»
Kevin Ghunowa dépasse la limite autorisée
Avec 22 points au compteur (exclu les cinq points en appel), Kevin Ghunowa a dépassé la limite autorisée au Demerit Points System après avoir été sanctionné pour n’avoir pas monté Saziwayo à la satisfaction des Racing Stewards. Ce qui fait qu’il est le troisième jockey à se retrouver dans cette situation après Jeanot Bardottier et Derreck David.
La monte de Kevin Ghunowa avait été rapportée par son entraîneur qui n’avait pas compris pourquoi le jockey avait dirigé son cheval en troisième épaisseur alors que les instructions étaient de «drop him back» et d’attendre la ligne droite. Cette décision avait été prise vu que c’est la tactique préférée du cheval et aussi parce qu’il y avait une petite appréhension au sujet du parcours qui pouvait être un peu long.
Kevin Ghunowa expliqua qu’il voulait placer son cheval devant Arromonches qui n’était pas considéré comme étant rapide, mais dont le jockey avait insisté à son intérieur et qu’il s’était alors retrouvé en troisième épaisseur.
Shirish Narang trouva que son jockey avait tout simplement «F… the race» et que c’était la première fois qu’il ne suivait pas les instructions. Samraj Mahadia fit remarquer que Kevin Ghunowa donna un coup de talon à Saziwayo pour le faire avancer.
Saziwayo se retrouva ainsi en troisième épaisseur et eut à parcourir plus de terrain entre le 1300 et le début de la descente.
A la question de savoir pourquoi il avait demandé à son cheval de fournir un effort au 500m, il répondit que Parkwood n’avançait pas devant lui et quand il prit la décision de démarrer, le cheval de Vincent Allet le força plus vers l’extérieur.
Après avoir écouté les explications du jockey et de son entraîneur, il fut trouvé que Kevin Ghunowa avait eu la possibilité de placer son cheval à l’intérieur au 1500m et qu’il ne l’avait pas fait. Il écopa d’une journée de suspension et de Rs 15 000 d’amende.
Le «Handling» de Question Time dans la partie initiale de la septième course intéressa aussi les Racing Stewards. Ils voulaient savoir pourquoi le jockey n’avait pas insisté un peu plus au départ, au lieu de céder facilement le commandement à Captains Bounty.
Les ordres étaient de «jump and show full intention to lead. In case Captains Bounty jumps better, to secure the second position.»
Kevin Ghunowa dit qu’il avait sollicité sa monture, mais que Captains Bounty se montra plus rapide. Il ajouta que l’arrivée de la première courbe fit aussi qu’il n’insista pas.
Shirish Narang trouva qu’après la course on pouvait dire qu’il aurait dû insister et qu’il aurait pu mettre Captains Bounty hors course. Mais, avant la course, il y avait une appréhension au sujet de la valeur supérieure dans laquelle Question Time a été engagée et aussi sur la valeur des Kapiti Coast, Captains Bounty et Roman Express.
L’entraîneur fut ainsi d’avis que son jockey avait pris la bonne décision compte tenu des circonstances. Terminer à une longueur du vainqueur est un bon résultat. Qu’aurait-il été si Kevin Ghunowa avait insisté et que Question Time n’avait pas bien fini son parcours.  «On ne le saura jamais». Aucune suite ne fut donnée à l’enquête.
Samedi, Jeanot Bardottier avait été sanctionné d’une amende de Rs 35 000 pour une faute d’interférence à l’encontre d’un compagnon de box. Il était en selle sur Roman Manner et a, à environ 150m de l’arrivée, laissé son cheval verser à l’intérieur pour gêner Tandragee qui dut être repris avant de perdre sa position. Comme excuse, Jeanot Bardottier invoqua la présence de Captain Magpie qui avait tendance à verser à l’intérieur et que son cheval avait «shied away from the whip of Imran Chisty». Or, les Racing Stewards ont trouvé qu’il n’avait pas fait suffisamment d’efforts pour monter son cheval comme il se doit.
Imran Chisty fut aussi impliqué dans cet incident. L’Indien trouva que son cheval était fatigué et cherchait un appui en ligne droite. Pour l’empêcher de verser, il avait utilisé la cravache sur son épaule droite. Une question intervint alors, celle de savoir s’il est plus facile de conduire à une ou à deux mains. La réponse d’Imran Chisty tomba dans un large sourire. Il accepta ses torts et déclara préférer une mise à pied plutôt qu’une amende. Il fut alors sanctionné d’une suspension d’une journée.
Une enquête sur la partie initiale de la course de Kowloon Bay avait aussi été ouverte samedi dernier. Il fut demandé à Derreck David pourquoi il n’avait pas tiré avantage du bon départ de son cheval. Le Sud-Africain déclara qu’il lui avait été demandé de «settle» son cheval en troisième position. Il ajouta qu’il pensait pouvoir déborder Royal Performer pour trouver une position sur les barres derrière Inside Out. Cependant, il entendit crier et fut surpris de voir que Mo Ichi Do était à son intérieur. Il prit alors la décision de placer son cheval derrière ce dernier. Les explications de Derreck David furent notées.