Les commissaires de courses étaient à pied d’oeuvre pour le compte de la 17e journée, où ils ont ouvert pas moins de sept enquêtes, à l’issue desquelles deux cavaliers furent sanctionnés. Si Bernard Fayd’herbe a écopé de deux semaines de suspension pour careless riding sur Charles Lytton, Yashin Emamdee devra, lui, observer la prochaine journée sur la touche en sus de s’acquitter d’une amende de Rs 25,000 pour avoir été trouvé coupable de ne pas avoir piloté Soweto Slew (5e course) à la satisfaction des Racing Stewards.
La nouvelle cravache de l’entraînement Rousset n’a pas tardé à se faire épingler par les commissaires de courses. En effet, Bernard Fayd’herbe s’est vu infliger deux semaines de suspension pour careless riding sur Charles Lytton qu’il pilotait dans The Joseph Merven Cup samedi dernier. La faute imputée au jockey sud-africain se situe aux abords des 450m où Hillbrow (Andrews) et Prince Of Wings (Sooful) se retrouvèrent cramped for galloping room à l’intérieur de Charles Lytton, Sooful devant même reprendre sa monture et perdre sa position dans le peloton. Si Bernard Fayd’herbe avait initialement plaidé coupable pour sa faute, il a par la suite signifié son intention de faire appel de la sanction. Il est à noter qu’une deuxième enquête a été ouverte mardi matin par rapport au handling de Charles Lytton sur la partie initiale de la course mais aucune suite n’a été donnée à cette enquête.
Yashin Emamdee passa également à la trappe lors de la même épreuve où il était en selle sur Soweto Slew. Il était ainsi reproché au Mauricien d’avoir over-restrain sa monture en début de course avec pour résultat de se retrouver caught wide sur tout le parcours. Pour sa défense, Yashin Emamdee expliqua qu’il voulait appliquer à la lettre les instructions reçues par son entraîneur mais que Charles Lytton à son intérieur ne lui avait pas facilité la tâche. Il faut ici souligner le fait que Ramapatee Gujadhur s’est montré très critique à l’égard de son jockey, le fustigeant même d’un « ki fer to pe apandan lors sa souval la ? » au moment du revisionnage de la course. L’entraîneur estima également que c’était a complete lack of judgement de la part d’un jockey de la trempe d’Emamdee, confiant même qu’il lui avait déjà reproché ce type de manquement lors des débuts de Super Glue (15e journée) lors de la journée du Barbé.
Après délibérations, les Racing Stewards sanctionnèrent Emamdee de deux semaines de mise à pied sous la règle 160 A (i) pour n’avoir pas piloté Soweto Slew à leur satisfaction. Comme le jockey mauricien n’a pas été trouvé coupable sous cette règle depuis plus de trois ans, ils ont décidé de ramener la sanction à une semaine et Rs 25 000 d’amende. Pour cette faute, Yashin Emamdee plaida coupable et il est à noter que le jockey incriminé n’a pas le droit de différer cette sanction mais il peut cependant contester la sanction en appel.
« ki fer to pe apandan lors sa souval la ? »
Une enquête fut également ouverte sur le handling de Power Dive dans l’épreuve de clôture. Sunil Bussunt confirma ainsi les instructions de son entraîneur, qui étaient de ne pas « bounce » le cheval mais de « try to secure the rail in 3rd or 4th position ». Interrogé quant au fait que cette tactique contrastait avec son normal racing pattern, Alain Perdrau devait expliquer que Power Dive n’aurait pas fini la course s’il avait voulu courir en tête vu la présence des véloces Captain’s Cronicle et Kingdom’s Key à son intérieur. Aucune suite n’a été donnée à cette enquête.
Ce fut la même conclusion pour l’enquête concernant le handling de Freedom dans la deuxième épreuve. Vincent Allet affirma qu’il avait demandé à Jeanot Bardottier d’essayer de prendre la tête mais de ne pas insister si quelqu’un d’autre manifestait son intérêt pour la position tête et corde, ce que confirma le jockey mauricien en s’appuyant sur le film de la course où il est clairement établi que Lividus insistait pour conserver la corde à son intérieur. L’entraîneur confia aussi qu’il pensait que Freedom n’avait maintenant plus autant de pas initial qu’il y a deux ans. Si les commissaires de courses acceptèrent ses explications, ils demandèrent cependant à l’entraîneur de s’assurer que Freedom adopte désormais ce nouveau racing pattern pour toutes ses prochaines sorties.
Vincent Allet fut aussi entendu par les Racing Stewards dans le cadre des reproches qu’il avait formulés à l’égard de Kevin Ghunowa, qui avait piloté Blue Lord dans l’épreuve de clôture de la 15e journée. Pour rappel, le jockey mauricien avait été victime d’une lourde chute aux 300m ce jour-là et son entraîneur lui reprochait de ne pas avoir suivi ses instructions. Vincent Allet, en présence de son assistant-entraîneur Vishal Ramanah, déclara que Kevin Ghunowa avait reconnu devant eux à l’issue de la course qu’il n’avait effectivement pas suivi les instructions et qu’il ne pouvait avancer une explication.
Le jockey mauricien expliqua qu’il se trouvait dans un état de détresse ce jour-là après sa chute et que les injures que les deux hommes lui auraient proférées l’avaient peut-être fait perdre ses moyens. Quant au déroulement de la course, Kevin Ghunowa soutint qu’il avait fait de son mieux pour suivre les instructions qui lui avaient été données, c’est-à-dire d’attaquer à partir des 600m s’il n’y avait un big pace. Il se justifia cependant du fait que son cheval tarda à accélérer, ce qui fait qu’il se fit déborder par Urbi Et Orbi aux 450m. Les commissaires de courses accordèrent toutefois le bénéfice du doute au jockey mauricien du fait qu’il s’était retrouvé en mauvaise posture dans le dos de Ravatak à un moment crucial de la course et décidèrent par conséquent de pas donner suite à cette enquête également.
Les jockeys Bussunt (Ashanti Gold), Mansour (Captain Magpie), Baster (Chinese Gold) et Sooful (Prince Of Wings) furent également entendus pour faire la lumière sur un incident impliquant leur monture respective sur la partie initiale de la 5e course dotée de The Joseph Merven Cup. Dans ce cas précis, les commissaires de courses voulaient connaître la raison pour laquelle Stephen Baster avait dû ramener son cheval dans le premier tournant, ce qui parut incommodé Ashanti Gold et Prince Of Wings. L’Australien expliqua qu’il avait certes anticipé une allure plus soutenue à ce moment-là mais qu’aucune faute ne pouvait être imputée à Donavan Mansour sur le meneur pour avoir réduit le pas car il estimait que Chinese Gold se faisait beaucoup plus intimidé par Charles Lytton (Bernard Fayd’herbe) à son extérieur.