Ils seront huit coursiers à se présenter au départ de l’épreuve phare de ce samedi réservée aux chevaux de la fourchette (71-47). Troisième dans la Coupe d’Or en octobre dernier, Desert Sheik se voit offrir une belle occasion d’ouvrir son compteur au Champ de Mars.
Le pensionnaire de l’écurie Maingard a affiché une belle régularité pour sa première saison sur notre turf avec quatre accessits à son actif, flirtant même avec la victoire à sa dernière participation. On serait même tenté de dire qu’il se serait montré beaucoup plus accrocheur s’il n’avait pas versé à l’intérieur lorsque son jockey l’avait mis sous pression dans l’ultime ligne droite. Le hasard a voulu qu’il soit cette fois associé à l’émirati Ahmed Ajtebi  – «le joyau du désert» – qui en sera à sa troisième participation à l’International Jockey’s Weekend du Mauritius Turf Club. Avec maintenant une meilleure  maîtrise de notre hippodrome, il ne fait aucun doute qu’il saura mener sa monture à bon port, lui qui a déjà visité le box des vainqueurs à trois reprises lors de ses précédents passages.
L’alezan aura cependant tort de sous-estimer ses adversaires, à commencer par les représentants de l’écurie Merven, à savoir Kruger Rand et Donnie Brasco. Avec quatre victoires à son actif cette saison, le premier nommé a amplement rempli son contrat. Il ne peut être jugé sur sa dernière sortie –  7e derrière Abington – puisqu’il n’avait pas bénéficié d’un parcours limpide dans la partie concluante. Il ne devrait, a priori, pas rencontrer ces mêmes difficultés dans ce champ restreint. Il faudra compter avec lui si l’épreuve est courue sur de bonnes bases. Il en est de même pour Donnie Brasco, son compagnon d’écurie pour qui le tirage des lignes a été moins clément. Si Stéphane Pasquier parvient à lui trouver un bon dos, il saura faire sentir sa présence dans l’emballage final.
La partie initiale de l’épreuve devrait être animée par Maestro’s Salute qui reste sur une victoire acquise samedi dernier. S’ils étaient nombreux à ne pas lui accorder une chance de premier ordre, l’alezan a démontré qu’il est tout aussi compétitif au delà du kilomètre. Avec l’absence des false rails, les 1500m ne devraient pas lui poser problème et ses adversaires auront tout intérêt à ne pas le laisser faire à sa guise pour éviter toute déconvenue.
Azapel semble être, sur papier, le seul coursier à pouvoir lui disputer le commandement. Avec l’avantage de la ligne, il a les moyens de lui mener la vie dure sur la partie initiale. Nous n’irons pas jusqu’à dire que ces deux chevaux se neutraliseront mais c’est sûr qu’Azapel fera « travailler » le représentant de l’écurie Jean-Michel Henry, sachant très bien que ce dernier est limité sur la distance. Ce bon rythme pourrait servir les desseins des finisseurs que sont Bastille Day et Bottom Dollar. Le parcours paraît toutefois un peu juste pour le premier nommé alors que l’alezan de l’écurie Foo Kune devra au préalable améliorer sa mise en action s’il espère pouvoir disputer l’arrivée.
Il incombera à Hot Rocket de défendre les couleurs de l’écurie Allet lors de cet engagement. Auteur de deux victoires cette saison, l’alezan fut loin d’être ridicule quand il échoua à plus de trois longueurs de Captain Firth à sa dernière tentative. Avec son mauvais numéro de corde, il n’aura d’autre choix que de venir au finish mais sa tâche s’annonce compliquée en cette compagnie.