Le taux élevé de chômage chez les jeunes alerte la Confédération des travailleurs du secteur privé. « Nous avons reçu de nombreux appels de parents en détresse ainsi que de jeunes peinant à trouver de l’emploi selon leurs qualifications », soutient Jane Ragoo, présidente du syndicat. Cette dernière compte faire de cette situation un de ses combats cette année.
« Le monde du travail est en mauvaise posture pour 2014. D’ailleurs, cela se reflète sur le nombre de jeunes qualifiés désespérés qui sont à la recherche d’emploi », fait comprendre Jane Ragoo. La présidente de la Confédération des travailleurs du secteur privé (CTSP) dit d’ailleurs souhaiter accorder plus d’importance à ce combat pour cette année. Faisant référence aux nombre d’appels qu’elle a reçus dans cette optique, notre interlocutrice dit ne pouvoir rester insensible à cette situation. Ainsi, vers la mi-janvier, la CTSP se penchera sur la mise en place d’une plateforme, qui regroupera les jeunes diplômés au chômage. « Nous souhaitons donner la voix aux jeunes gradués afin qu’ils partagent leurs expériences, mais aussi afin qu’ils sachent quelles sont les démarches qui peuvent être entamées », dit-elle. Car, souligne cette dernière, bien que le gouvernement encourage les jeunes à miser sur la formation et les qualifications, à la fin des études tertiaires, le monde du travail ne peut les accueillir. Ou alors, en cas d’emploi, ces derniers ne sont pas rémunérés de manière suffisante, compte tenu de leurs qualifications. L’objectif de ce forum sera de rassembler un maximum de jeunes chômeurs, lesquels sont appelés à faire entendre leur voix.
Boni de fin d’année : révision du paiement
Dans un deuxième temps, Jane Ragoo est revenue sur le paiement du boni de fin d’année. Déplorant le retard dans ce paiement par certaines entreprises, la CTSP lance un appel aux employeurs pour que ces derniers respectent le délai imposé par l’État. « Nous avons reçu plusieurs plaintes d’employés ayant reçu leur boni le 23 décembre ou encore d’autres qui se sont fait payer fin décembre. Or, la loi est claire à ce sujet : l’employeur se doit de payer le boni de fin d’année five clear day before Christmas », affirme-t-elle. Et de déplorer, dans la foulée, la lenteur des officiers du ministère du Travail, qui sont appelés à intervenir dans ces cas spécifiques. Raison pour laquelle la CTSP conseille aux employeurs de faire provision, dès le début de l’année, pour le paiement du boni. « Un bon management permettra aux entreprises de procéder au paiement du boni de fin d’année dans les temps prescrits », dit-elle. Et de revenir sur les nouvelles recommandations du ministère du Travail concernant le paiement du boni. « Le gouvernement demande aux compagnies de comptabiliser le boni de fin d’année comme suit : un 12e du total earnings. Le “total earnings” comporte le montant d’une année regroupant le salaire de base ainsi que le paiement des heures supplémentaires et des primes de production. Au cas où le montant calculé serait inférieur au salaire de base, c’est le montant du salaire de base qui devra être payé », explique-t-elle. Et de préciser que cette mesure s’appliquera dès cette année. La CTSP indique être à la disposition des employés du secteur privé pour leur permettre de comptabiliser leur boni de fin d’année.