La Tertiary Education Commission a rendu public hier son rapport 2012 sur les taux d’admission dans les institutions d’études supérieures de l’île. Ce document de 85 pages fait état de l’évolution de la situation dans les institutions publiques et privées, les étudiants qui partent étudier à l’étranger ainsi que ceux qui poursuivent des formations à distance.
Cette 14e publication annuelle de la Tertiary Education Commission, intitulée « Participation in the Tertiary 2012 » se rapporte aux inscriptions dans l’enseignement supérieur pour l’année 2012. Le document donne des détails sur les admissions dans les établissements financés par l’État, les établissements privés, les étudiants suivant des cours à distance ainsi que ceux qui sont à l’étranger.
Les chiffres démontrent que le Gross Enrolment, qui compte tous les étudiants locaux ainsi que ceux basés à l’étranger, est passé de 45 969 en 2011 à 49 625 en 2012, avec une croissance moyenne annuelle de 9,5 %. L’inscription dans les institutions privées est passée de 13 464 en 2011 à 18 603 en 2012. Une baisse a été enregistrée dans les institutions financées par l’État ; le nombre est passé de 22 442 en 2011 à 21 562 en 2012. De même, une baisse de 6 % a été notée dans le nombre d’étudiants mauriciens à l’étranger (10 063 à 9 460). Cette baisse d’inscrits dans les institutions publiques est due au faible pourcentage d’étudiants à l’Université de Technology, au Mauritius College of the Air et au Mauritius Institute of Health, entre autres.
Les filières les plus prisées sont la Comptabilité avec 10 114 étudiants soit 20,4 % du total des inscriptions, suivie d’Administration/Gestion, 7 374 étudiants — 14,9 %, l’Enseignement, 4 098 étudiants — 8,3 %, Engineering 4 067 étudiants — 8,2 %, IT 3 520 étudiants — 7,1 %, Banque/Finance, 2 172 étudiants — 4,4 %, Médecine, 2 147 étudiants — 4,3 % et en droit, 2 112 étudiants — 4,3 %, les sciences et la technologie connexe 13 540 étudiants. Quelques filières ont enregistré une croissance : Humanities (+34,8 %), le droit (+17,6 %), Pharmacie (+15,4 %) et Génie (+8,7 %), entre autres.
Un certain nombre de domaines, en revanche, attirent de moins en moins d’étudiants malgré l’introduction de nouveaux cours dans ces filières. Il s’agit de : IT (-9,2 %), les sciences (-4,5 %), l’agriculture (-5,8 %) et les sciences sociales (-12,2 %). Par ailleurs, 55 % (27 311) des inscrits étudiaient à temps plein, 24,5 % (12 153) à temps partiel et 20,5 % (10 161) à distance. Dans l’ensemble, la participation des femmes dans l’enseignement supérieur a dépassé celle des hommes.
Dans les institutions locales, publiques et privées, toutes confondues, les femmes constituaient 57,4 % de la population étudiante en 2012. Cependant, les sujets liés à la science et la technologie connaissent une plus grande proportion d’hommes (58,6 %). L’inscription dans le tertiaire compte un large éventail de niveaux, allant du certificat au doctorat. En 2012, 51,3 % des étudiants dans les institutions locales se sont inscrits pour un diplôme, 12 % pour un troisième cycle, 12,9 % pour un programme de formation professionnelle et 23,3 % pour un sub degree.
Les inscriptions à l’Université de Maurice, excluant des programmes conjoints avec le MIE et le MGI, sont passées de 11 239 en 2011 à 11 318 en 2012. Une majorité d’étudiants, soit 74,1 %, étaient inscrits à temps plein, les femmes représentant 58,7 % du total.