L’ancien directeur de la Tertiary Education Commission, suspendu de ses fonctions depuis le 14 novembre dernier, a été sommé par le board, réuni hier, de prendre sa retraite. Le comité disciplinaire qui se penchait sur les allégations de mauvaise conduite et de conflits d’intérêts contre Praveen Mohadeb l’a jugé « coupable de toutes les accusations ». Des poursuites contre M. Mohadeb suite aux conclusions du comité ne sont pas à écarter.
Le Dr Praveen Mohadeb a été suspendu de ses fonctions de directeur de la Tertiary Education Commission (TEC) le 14 novembre après une réunion convoquée d’urgence. On lui reprochait d’avoir été mêlé à plusieurs polémiques touchant au secteur tertiaire, dont dans une enquête de l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) sur une affaire d’allégations de conflit d’intérêts concernant le Mauras College of Dentistry – il avait siégé sur un comité international alors que sa fille y était étudiante –, et à l’affaire de reconnaissance des diplômes de l’Eastern Institute.
Le comité disciplinaire, présidé par la vice-présidente de la Cour intermédiaire Renuka Dabee assistée d’un expert en ressources humaines et d’un ex-secrétaire parlementaire, a trouvé hier le Dr Praveen Mohadeb « coupable de toutes les accusations ». Selon ce comité, l’ancien directeur de la TEC a dissimulé certains faits au Conseil d’administration, bien qu’il avait reçu un avertissement formel de l’ICAC pour sa participation à ce International Monitoring Committee sur Mauras en 2008.
Le board de la TEC, réuni hier également, a décidé de mettre Praveen Mohadeb à la retraite. « The TEC Board, at its 2013 (2) Meeting held on 27 February 2013, took cognisance of the findings of the Disciplinary Committee and after deliberations has decided that Dr. Praveen Mohadeb retires from the Commission », souligne-t-il dans un communiqué émis hier.
Les modalités de cette retraite n’ont toutefois pas encore été définies. Dans les milieux de la TEC, l’on soutient que la possibilité que le Dr Praveen Mohadeb soit poursuivie suite aux conclusions du comité n’est pas à écarter.
Par ailleurs, la TEC travaille actuellement sur une nouvelle restructuration de l’organisme où les fonctions du directeur ont été redéfinies. Soulignons que selon la Tertiary Education Commission Act de 2005, « the Director shall be responsible to the Board for the execution of the policy and the control and management of the day-to-day business of the Board. The Director shall be entitled to attend every meeting of the Board and take part in its deliberations, but shall not be entitled to vote on a matter before the Board ». Cependant, avec l’exercice de restructuration, un nouveau Scheme of Service a été défini pour ce poste. Le directeur devrait ainsi être appelé à travailler en étroite consultation avec le ministère de l’Éducation tertiaire. Un comité spécial se penche actuellement sur le recrutement d’un nouveau directeur.