Hemanshu Rambojun (U14) expéditif, Kenny Ah Chuen (U12) et Amélie Boy (U14) avec autorité : Maurice est passée tout près d’une razzia hier face à La Réunion lors de la phase finale de la première manche du circuit ITF-CAT disputée à Petit Camp. L’île soeur s’est néanmoins illustrée par l’entremise de Caroline Giraud, qui a privé Sharlyn Chan Tam Neng du titre en U12 filles.
Les Mauriciens ont cartonné à la fin de cette première étape, fait assez rarissime ces dernières années. Rambojun, Ah Chuen et Boy ont enlevé leur premier titre sur le circuit. L’an dernier, La Réunion avait fait forte impression en enlevant trois titres, laissant le quatrième à Madagascar en U14 filles. Idem dans la seconde étape où ces deux pays s’étaient partagé pareillement les honneurs.
Mais le vent a visiblement tourné cette année.
Finaliste malheureux de la seconde étape l’an dernier, Hemanshu Rambojun, 14 ans, s’est fait un point d’honneur à boucler sa dernière année dans la catégorie. Sans trembler, le Mauricien l’a emporté 6-1, 6-1, faisant subir à Alan Ouzana (Réu) un nouveau revers après celui concédé l’an dernier en demi-finale de la seconde étape (6-2, 6-1).
Rambojun, qui sait que c’est désormais lui le leader, entend bien jouer à fond son rôle de favori lorsqu’il s’exclame que « cette victoire me met en confiance pour la seconde étape qui démarre demain (aujourd’hui). Je connaissais son jeu et ce n’est pas à proprement dit une surprise que je gagne aujourd’hui (hier) car je me suis entraîné dur. Je suis plus en forme que lui. » Durée du match : 56 minutes.
Classé dans les 1800 juniors ITF en U18, Hemanshu Rambojun n’a pas fêté hier soir sa victoire, préférant rester concentré pour bien entamer l’étape suivante. D’autant que celle-ci accueillera les Sud-Africains. « Ils sont les bienvenus… et je compte bien les battre » lance-t-il, prêt à relever un nouveau défi.
Mardi, Rambojun avait livré une demi-finale plus intense contre le Malgache Andritoavina Ratsimandresy (2), battu 6-4, 4-6, 6-4. La finale avant la lettre compte tenu du score qui aura sanctionné son match d’hier.
Bonne préparation
L’opposition était de taille pour Amélie Boy dans la finale U14 filles qui l’opposait à la Réunionnaise Elisa Guiraud. Mais la Mauricienne n’a pas craqué, même si parfois elle a confondu vitesse et précipitation pour se défaire de son adversaire après 1h20. Menant 4-1 à l’entrée du premier set, elle se fit rattraper à 4-4, mais parviendra à faire la différence à la conclusion du set 6-4.
« Je me sentais bien au début, mais j’ai commencé à lâcher un peu. Pareil dans le second set, où j’ai concédé des fautes bêtes. Mais je me suis bien ressaisie à la fin. Mais je m’étais préparée à gagner aujourd’hui », nous confiait-elle à la sortie du court.
Elle avait effectué deux mois de tournée en Afrique du Sud pour bien se préparer. À Maurice, elle s’entraîne avec les coaches de l’équipe fédérale. Elle abordera la seconde étape avec « le même objectif. »
Dans la finale U12 garçons, on était loin de penser que le Mauricien Kenny Ah Chuen allait faire subir un dur revers 6-4, 6-3 au Réunionnais Nino Castori, plus impressionnant que lui jusque-là. Mais sans complexe, Ah Chuen, 12 ans, s’est offert lui-même « un cadeau. » Exact au rendez-vous, il fit le break d’entrée de jeu pour mener 2-1, puis creusa l’écart à 5-2, 5-4 et 6-4. Dans le second set, il mena 2-1, puis 3-2 sur son service avant de se détacher 4-3 pour gagner le match 6-3. « C’est moi qui ai dicté le jeu en le poussant aux fautes. Je me suis offert un cadeau… Si je craignais mon adversaire ? Non, car je m’attendais à gagner », avoue-t-il.
Kenny Ah Chuen, qui est en Form I à la SSS James Burty David à Port-Louis, manie la raquette depuis qu’il a 5 ans. Pour se surpasser comme il l’a démontré hier, il s’est entouré de toute une garde de coaches composée de Kenny Wong, Roland et Jean-Marc Randriamanalina, Jean Richard Randriamanantsoa et du DTN George Oyoo.
Enfin, en U12 filles, le titre qui tendait pourtant les bras à la Mauricienne Sharlyn Chan Tam a été finalement cueilli par la Saint-Pauloise Caroline Girard. Celle-ci succède à sa soeur Emmanuelle au palmarès de la catégorie.
« Je ne pensais pas arriver en finale et surtout la gagner. Car mon adversaire tapait tellement fort que j’ai dû changer de tactique en jouant sur des balles liftées. Je suis contente d’avoir gagné et j’espère réaliser le doublé en simple et double dans la prochaine étape », nous a-t-elle confié.
Quant à Sharlyn Chan Tam, même vaincue, elle ne perd pas son sourire pour autant. « J’ai laissé passer ma chance… j’ai été parfois trop tendue et voulais conclure le point trop rapidement. Mais mon but était la finale et avoir plus confiance en moi pour la suite. Mais c’est sûr que j’aurais pu faire mieux. » Il lui reste la manche retour pour prouver qu’elle n’a pas tort.