Après Ivan-Cliff Rose en 2010 lors de la première édition, André Émilien est devenu, hier à Anse Quitor, le deuxième trailer rodriguais à remporter le trail de Rodrigues, qui en était à la cinquième édition. Il a bouclé les 38 km en 3h38’55 devant le Mauricien Vishal Ittoo (3h55’25), vainqueur de l’édition 2013. Les deux remportent chacun un billet d’avion. Chez les dames, c’est la Française Maud Gobert, championne du monde en 2011, qui s’est imposée en 4h19’31 devant Fatima Hibon (5h07’12). La Rodriguaise Mary-James Agathe a terminé troisième (5h09’34) et a reçu un billet d’avion, tout comme Maud Gobert. À noter l’absence de la triple vainqueur Antoinette Milazar, qui se trouve actuellement à l’île de La Réunion pour participer mardi — jour férié dans l’île — au relais marathon de Saint Benoît.
On attendait beaucoup Vishal Ittoo lequel avait déclaré en conférence de presse samedi vouloir remporter ce trail pour la troisième fois. Les Rodriguais André Émilien et Liraud Flore étaient eux aussi de sérieux prétendants à la victoire. Si le premier nommé a eu beaucoup de difficultés physiques avant d’abandonner à Rivière Coco après 28 km de course et que Vishal Ittoo était lui fatigué après sa participation aux Templiers (France), André Émilien a en revanche carburé au super, laissant tous ses adversaires sur place.
Il convient de souligner que, dès le départ à 6h, hier matin à Pointe Coton, ces trois coureurs se sont installés en tête. À Hauteur St-François, c’était toujours le même scénario, alors qu’après 25 minutes de course, plus précisément à Montagne Cabri, Liraud Flore avait pris les devants, mais avec André Émilien dans ses talons. Vishal Ittoo était lui quelque peu décroché.
Au 10e km, soit à Graviers, Liraud Flore avait pris une avance de deux minutes sur André Émilien, alors que Vishal Ittoo suivait toujours avec un peu de retard. Ce 38 km s’est finalement joué entre Graviers et Jeanette, notamment sur la montée Source Ti Gomme, puisque sur les hauteurs d’Eau Vannée, André Émilien avait déjà pris les choses en main et comptait sept minutes d’avance sur Vishal Ittoo.
Liraud Flore accusait un gros retard et selon les informations disponibles sur place, il avait commencé à souffrir de crampes à Mourouk et avait même chuté. Lors de sa descente d’ailleurs à Eau Vannée, il souffrait beaucoup, comme en témoignent ses cris de douleur sur les versants de la colline. Allait-il abandonner ? « Surtout pas ! » devait-il dire au Mauricien le jeune homme de 19 ans avant de reprendre sa route avec beaucoup de courage et plus déterminé que jamais.
André Émilien reprenait lui la route en laissant tout simplement échapper : « Il faut rester concentré et bien gérer ses efforts. » Vishal Ittoo ne voulait rien lâcher et gardait l’espoir de pouvoir combler son retard, quoique sur la forme d’André Émilien, on savait que le tour était joué. « Je me sens bien actuellement. La machine commence à se développer. J’ai encore ma chance », disait-il avec beaucoup d’optimiste. Il convient de souligner que dans une brève conversation d’avant-course, Vishal Ittoo avait laissé entendre au Mauricien qu’il était fatigué après sa participation il y a deux semaines aux Templiers. À 8h25, Émilien domptait la montée redoutée de Papayes, toujours avec le même sourire.
Absent lors de l’édition 2013, alors qu’il avait eu à se rendre en Inde pour accompagner son frère souffrant, André Émilien s’est racheté de la plus belle manière qui soit. Car, jusque-là, il n’avait réussi qu’un seul podium, soit en 2010 lors de la toute première édition. En 2011, il avait pris la sixième place au général. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il s’est offert une victoire méritée sur ce 38 km à ses… 38 ans. Quant à Liraud Flore, ses crampes ont eu raison de lui, le forçant à abandonne au 28e km à Rivière Coco.
Chez les dames, la course n’a été qu’une simple formalité pour Maud Gobert, qui a même terminé à la neuvième place au scratch.