Douze pirates somaliens, qui seront jugés à Maurice, sont attendus vendredi. Toutes les dispositions ont été prises pour accueillir ce premier groupe sous haute sécurité à l’aéroport ainsi que pour leur transfert jusqu’à la prison d’Alcatraz à Phoenix en attendant leur procès.
« Nous avons respecté nos engagements vis-à-vis de la communauté internationale et de l’Union européenne », a déclaré le ministre des Affaires étrangères au Mauricien, avant son départ pour Addis Abeba pour la réunion ministérielle de l’Union africaine. Il assistera ensuite au sommet de l’UA avec une délégation dirigée par le Premier ministre adjoint Rashid Beebeejaun.
Arvin Boolell souligne qu’un accord a été signé hier avec les dirigeants du Somaliland concernant le rapatriement des prisonniers après leur jugement. C’est le troisième accord du genre à être conclu par les autorités mauriciennes. Le premier avait été signé avec le gouvernement de transition de la Somalie et le deuxième avec les autorités autonomes de Puntland.
Le ministre des Affaires étrangères a aussi rappelé que Maurice est disposée à accueillir 12 à 15 pirates à la fois et n’accueillera que ceux dont le dossier judiciaire a déjà été établi. « Nous n’accepterons que les pirates envoyés par l’Union européenne par le biais de l’Atalante des autorités britanniques avec lesquelles nous avons conclu un accord lors du sommet de Londres auquel j’avais participé avec le Premier ministre Navin Ramgoolam », a dit Arvin Boolell.
Les 12 pirates, attendus vendredi, ont été capturés par les forces américaines lors d’une opération en mer le 5 janvier. Ils ont été confiés aux forces européennes. Leur procès se déroulera dans une salle spécialement aménagée à la cour intermédiaire.
La lutte contre la piraterie et la sécurité dans l’océan Indien constituent une des priorités de la communauté internationale et des organisations régionales dont l’Indian Ocean Rim Association, la Commission de l’océan Indien, la Communauté de développement d’Afrique australe et l’UA.