Le CCID a démarré une enquête sur un cas de malversation allégué survenu au préjudice de la compagnie SWAN Insurance, où une somme de Rs 23,8 M aurait atterri sur les comptes bancaires d’un haut cadre. D’ailleurs, le “pension executive” de cette société risque gros car son nom a été balancé dans une plainte logée aux Casernes centrales mardi par un employé. Ce dernier a expliqué que c’est une enquête interne qui a permis de faire la lumière sur cette affaire, qui remonte à 2014.

Cependant, le plaignant avance que ce n’est qu’en août que la compagnie a pris connaissance de ce fait, soit après qu’un chèque de Rs 1,4 M, destiné à un bénéficiaire de pension de la Swan Insurance, a été renvoyé par le département de la Swan Life pour un nom mal orthographié. Après un examen, un employé a noté qu’un haut cadre des Finances, qui devait signer sur le chèque, ne l’avait pas fait et que c’était plutôt le Pension Executive qui l’avait approuvé.

En principe, ce dernier n’a pas l’autorisation de donner son feu vert pour ce genre de transaction. De plus, l’enquête interne a révélé que le chèque ne devait pas être crédité sur le compte bancaire du bénéficiaire mais sur celui d’un haut cadre de cette société. Ce qui a fini par éveiller des soupçons de fraude. Selon le plaignant, le département des Finances a examiné tous les dossiers des clients traités par le “pension executive” et devait noter qu’à 20 reprises, il aurait procédé de la même façon, versant une somme totalisant Rs 23,8 M sur deux comptes bancaires. Sauf que ces comptes n’appartiennent pas à des bénéficiaires des pensions de la SWAN Insurance.

À ce stade, la société en question ignore le montant exact du préjudice étant donné que l’enquête interne est toujours en cours. De son côté, le CCID a déjà démarré une enquête avec les documents soumis par le client. Cependant, une source aux Casernes centrales se dit « surprise » que les auditeurs de la compagnie n’aient rien décelé depuis 2014. La police compte solliciter un ordre de la cour pour établir l’identité des détenteurs des deux comptes bancaires sur lesquels les Rs 23,8 M ont été versées. Cette enquête se déroule sous la supervision de l’ACP Devanand Reekoye.