Dans le cadre de la Journée mondiale pour le travail décent (JMTD), célébrée le 7 octobre à travers le monde, la Confédération des travailleurs du secteur privé (CTSP) invite les travailleurs du pays à participer à une marche pacifique aujourd’hui à 13 h à Rose-Hill pour dénoncer le travail précaire. Lancée en 2008 par la Confédération syndicale internationale, la JMTD est une journée de mobilisation pour tous les syndicats aux quatre coins du monde pour défendre les droits syndicaux et le travail décent.
« De jour en jour, les travailleurs du pays, surtout ceux du secteur privé, réalisent qu’ils peuvent à n’importe quel moment perdre leur emploi. Depuis la proclamation des deux nouvelles lois du travail, c’est-à-dire l’Employment Rights Act et l’Employment Relations Act, il ne se passe pas un jour sans que l’on entende dire que des entreprises ont mis certains de leurs employés à la porte. Au lieu de rendre l’emploi plus décent (voir encadré), comme défini par l’Organisation Internationale du Travail, ces deux nouvelles lois du travail ont institutionnalisé la précarité au travail (voir encadré) », a déploré la secrétaire de la CTSP, Jane Ragoo.
« Chaque année, dans le cadre de la célébration de la JMTD, des millions de travailleurs se mobilisent à travers le monde pour conscientiser leurs décideurs politiques sur la nécessité de lutter contre le travail précaire et de défendre le travail décent. Seule la mobilisation de la masse des travailleurs peut faire pencher la balance en faveur des travailleurs », a expliqué la secrétaire de la CTSP. « La marche débutera au siège de la CTSP derrière le marché de Rose-Hill, traversera les rues de la ville pour finir au Monument des travailleurs, à côté du bureau de poste de Rose-Hill ». Ce Monument, réalisé grâce à un assemblage d’outils de travail, a été érigé en 2008 par la CTSP pour commémorer la toute première JMTD.
Parallèlement à cette marche, se tiendra à la Place Raymond Chasle, à côté de la Place Cardinal Jean Margéot, une exposition retraçant la lutte syndicale de la CTSP depuis sa création.
Jane Ragoo a rappelé que la CTSP, la Confédération des syndicats de gauche (CSG) -Solidarité et la National Trade Union Confederation (NTUC) ont refusé, en décembre dernier, de signer le Decent Work Country Programme de Maurice.
« Ensemble, nous représentons environ 70% des travailleurs syndiqués du pays, principalement ceux du secteur privé, alors que les quatre autres confédérations syndicales qui ont accepté de signer n’en représentent que 30 %, et encore principalement ceux du secteur public. Comment pouvons-nous accepter de signer un document qui prétend être un programme pour le travail décent alors que dans les faits, les deux nouvelles lois du travail ont institutionnalisé le travail précaire à Maurice et que des centaines de travailleurs continuent à perdre leur emploi. Signer ce programme dans de telles conditions est une farce, alors que des familles saignent et que les travailleurs connaissent de plus en plus la précarité, à cause de lois du travail qui ne protègent pas les travailleurs ! » a-t-elle élaboré.
« Nous invitons les travailleurs à venir faire pression sur nos leaders politiques pour qu’ils prennent conscience de la nécessité d’instituer, dans le cadre du prochain Budget, un Salaire Minimum social et une Portable Severance Allowance », a insisté Jane Ragoo.
Pour protéger les travailleurs contre les licenciements abusifs, la CTSP propose l’institution d’un Portable Severance Allowance Fund dans lequel les employeurs devraient verser, pour chaque mois de travail, l’équivalant d’une journée de salaire de leurs employés. À leur mise à pied ou retraite, les travailleurs pourraient ainsi toucher une indemnité, même s’ils auront changé plusieurs fois d’employeur durant leur carrière.
Autre activités organisée par la CTSP dans le cadre de la JMTD, une veillée (Candle Light) le lundi 7 octobre, de 18 h à 20 h au Monument du travailleur, à côté de la poste de Rose-Hill.