Le secrétaire de la Confédération des travailleurs du secteur privé, Reeaz Chuttoo, a lancé un ultimatum au ministre du Travail, Shakeel Mohamed, pour soumettre à l’Assemblée nationale lors de la prochaine rentrée parlementaire les amendements à l’Employment Rights Act et l’Employment Relations Act. Il intervenait hier à Rose-Hill à la marche pacifique organisée par La Platform kont lalwa anti travayer pour marquer la Journée mondiale pour le travail décent.
« Nou bizin revolte ! Si a la rentre Parlma, minis travay napa depoz bann amandema ki bizin pou sanz l’Employment Rights Act (ERiA) et l’Employment Relations Act (EReA) nou pou desann dan lari… Zot bizin rann nou nou bann drwa ! » a lancé Reeaz Chuttoo. Le secrétaire de la Confédération des travailleurs du secteur privé (CTSP) a rappelé que suivant ces nouvelles lois du travail, un jugement en date de novembre 2011 dans l’affaire UBS vs. Edoo a statué que le montant de la retraite est désormais calculé sur le salaire de base. « Par konsekan, pensyon travayer finn diminie par plis ki 50 % ! », s’est-il indigné.
Commentant le licenciement de plus de 90 personnes chez la biscuiterie Subana de Bell-Village, Reeaz Chuttoo a expliqué que ce sont ces nouvelles lois du travail qui ont rendu cela possible. Il a exhorté les travailleurs à l’unité. « Parski travayer Subana napa syndike, zot tikrwar ki zot orfelin. Zot napa orfelin. Kan enn travayer soufer, tou travayer soufer… Travayer Moris napa pou less travayer Subana, ni travayer Firme Marine de Mahébourg soufer… Nou pou manz ar zot ! Si bizin okip lizinn, nou pou okipe… », a-t-il prévenu. « Zordi non selma travayer gagn fou deor, me gagn fou deor dan limiliasyon ! » s’est-il indigné.
L’unité parmi les travailleurs de Maurice, c’est le thème récurrent de tous les orateurs à cette marche pacifique organisée par La Platform kont lalwa anti travayer pour marquer la Journée mondiale pour le travail décent. « Eski ena travay desan kan travayer dan Subana perdi travay ek enn mwa preavi ? Eski ena travay desan kan travayer Firme Marine travay dan kondisyon ki afekte zot lasante ek ki patron refiz negocie ? », s’est demandé pour sa part la présidente de la CTSP, Jane Ragoo. Elle s’est félicitée de la forte présence des femmes à cette manifestation.
Le syndicaliste Jack Bizlall a de son côté exhorté les travailleurs à lutter pour une nouvelle Constitution et une deuxième république. « Li pa sufizan fer zis kontestasyon… Si lalwa metress-la pa bon ou pou trenn ou kadav lor lari pou narien… », a-t-il expliqué. Il a invité les Mauriciens à venir en grand nombre au Plaza le 12 mars prochain. « Zot bizin vini pou fer konpran ki pei-la li pa zis pou enn group fami, me pou tou dimounn ki viv dan Moris », a-t-il expliqué. « Nou bizin kre enn mass kritik… enn rapor tel ki sakenn senti li solider ek so kamarad, li pa tou sel… bizin remet lekonimi o sant du sosyal », a-t-il plaidé.
Giandeo Peeharry a quant à lui expliqué que les acquis de la classe des travailleurs ont été obtenus de hautes luttes. « Narien… sick leave, local, boni, narien na pa finn gagn kado… finn bizin lite ! », a-t-il insisté. Accusant le gouvernement d’avoir fait « reculer la lutte des travailleurs de 50 ans », il a exhorté les travailleurs à l’unir. « Bizin linite dan laksyon… division, separasyon amenn lamor ! », a-t-il prévenu.
René Lafond de la Federation of the Construction Sector a fustigé le ministre Mohamed pour son refus d’approuver leur accord avec la Building and Civil Engineering Contractors Association (BACECA), qui stipule, entre autres, une augmentation de salaire de 15 %. Devanand Ramjuttun a, lui, expliqué que l’ERiA et l’EReA favorise le licenciement alors que Deepak Benydin a dénoncé « les syndicalistes vendeurs ». Jane Ragoo a annoncé pour le 11 novembre prochain des manifestations simultanées contre ces deux lois de travail dans pas moins de 15 localités.