Cette vingtième journée, qui bénéficiait du patronage du groupe Le Mauricien, accueillait le Turf Magazine Golden Trophy, le dernier test préparatoire à la Maiden Cup. La victoire est revenue à Night In Seattle (Rama) qui s’est assuré de participer à la plus prestigieuse épreuve du calendrier, tandis que Parachute Man, quoique toujours éligible, devra encore attendre pour confirmer son éventuelle participation. Gilbert Rousset s’est offert le doublé grâce à Mount Fuji, piloté par Emamdee, tandis que son jockey attitré, Fayd’Herbe est rentré bredouille. En revanche, la nouvelle cravache sud-africaine de Jean-Michel Henry n’a pas laissé passer sa chance sur Jambamman et Don’t Tell Mama. Outre Night In Seattle, Rama s’est aussi signalé sur Trackmaster, alors que Rye Joorawon a effectué un retour victorieux sur Speed Limit. Jean Pierre Guillambert s’est, lui, illustré sur l’outsider Var’s Dream, qui permit à Shaym Hurchand d’ouvrir son palmarès en tant qu’entraîneur.
The Turf Magazine Golden Trophy, reservé aux chevaux détenant un Rating de 55 ou plus sur 2200m, a toujours été un prélude de la Maiden Cup, l’épreuve la plus richement dotée de notre calendrier, disputée sur 2400m. Tout comme Parachute Man, Night In Seattle était en quête d’une qualification d’office dans le prochain Ruban Bleu vu qu’il possédait un Rating de 57. Du reste, tous deux portaient des poids plume, tandis que Bouclette Top, avec une valeur locale de 76, portait le top weight de 61kg. De lutte, il n’y en eut finalement pas puisque Night In Seattle surclassa ses adversaires pour l’emporter par 3.70L. Une victoire synonyme de qualification directe dans le prochain Ruban Bleu où son entraîneur pourra également compter sur Scotsnog, absent hier, après avoir contracté une fièvre.
La transition d’un 1400m à un 2200m était un pari osé que peu de chevaux peuvent se vanter d’avoir réussi sur notre turf. Night In Seattle avait bénéficié d’une préparation méthodique en vue de cette épreuve avec plusieurs galops sur deux tours de piste durant les dernières semaines. Physiquement, il s’était encore amélioré par rapport à sa dernière sortie où il s’était imposé face à Pierneef. Hier, sa deuxième ligne fut un gros avantage puisqu’elle lui permit de se positionner dans le dos du meneur Bold Inspiration et de prolonger son effort à la corde dans la ligne d’arrivée. L’allure modérée servit de desseins et au sprint final, il confirma sa supériorité face à ses adversaires du jour.
En revanche, Parachute Man courut en dessous des prévisions et se fit même priver d’un podium par Bold Inspiration et Rampart Ice. À sa décharge, le coursier de Ricky Maingard commença à tirer lorsqu’il tenta de se placer derrière Vettel au 1800m. Cependant, en contournant la monture de Guillambert, sa selle glissa sur le côté, plaçant Joorawon en déséquilibre. Le jockey mauricien fut d’ailleurs appelé à expliquer cette performance qu’on ne peut mettre sur l’état de la piste, car Parachute Man a déjà gagné sur une piste molle dans son pays d’origine. Gageons qu’il était dans un off day et qu’il nous montrera un meilleur visage dans le Maiden. Certes, il rendait du poids à tous ses adversaires, mais on s’attendait à une meilleure prestation de Bouclette Top. Ce dernier eut une course tranquille à l’extérieur de Greys Inn Control, mais il se laissa prendre de vitesse au démarrage vu qu’il était timidement accompagné par son cavalier qui semblait plutôt à la recherche de ses marques. On aurait donc tort de le juger sur cet échec. Vettel revenait, lui, d’une fièvre, qui l’avait forcé à déclarer forfait lors de la seizième journée, et ne fit jamais impression. Malgré les sollicitations de son cavalier, il ne se montra pas assez véloce pour disputer le commandement à Bold Inspiration. Il dut même céder la deuxième place à Parachute Man dans le premier virage avant de s’effacer à 600 mètres de l’arrivée. S’il était passé à côté de la plaque après des débuts encourageants, Rampart Ice courut en net progrès pour s’approprier la deuxième place à l’issue d’une belle fin de course. Ce qui permet à ses partisans de revoir ses ambitions à la hausse pour le Ruban Bleu.
Débuts victorieux ?de Sturgeon
Auparavant, c’est Yashin Emamdee qui fit briller les couleurs de l’entraînement Rousset dans l’épreuve d’ouverture où il n’y eut pas de grosse surprise puisque le podium fut composé des trois coursiers les mieux classés à l’échelle des valeurs. La victoire revint à Mount Fuji qui confirma que les 1850m étaient trop longs pour ses réelles aptitudes il y a deux semaines. Hier, son entraîneur avait décidé de lui remplacer les oeillères et le Noseband par des Side Winkers, sans doute afin qu’il se montre moins entreprenant sur la partie initiale. Sa neuvième ligne était son seul réel handicap qu’il surmonta sans grosse difficulté pour s’installer sur les barres en mid-field. On s’attendait à voir Mc Naught aux avant-postes, d’autant qu’il avait hérité de la première ligne. Certes, sa monture se montra lente au départ, mais l’apprenti Ramgopal n’était pas aussi entreprenant qu’on l’espérait sur la partie initiale. Ce n’est qu’après qu’il eut été débordé par Fidelis et les autres que l’on vit son cavalier le solliciter afin de conserver sa position face à Wonderlaine. Ce manque d’initiative permit à Joe’s Legacy de s’emparer de la position tête et corde assez facilement. Il nous revient que les commissaires se pencheront durant la semaine sur le cas de Mc Naught qui n’eut aucune chance au finish. Le futur gagnant profita que Mc Naught eût quitté les barres aux abords du Tombeau Malartic vu qu’il était ardent, pour se rapprocher à la corde avant d’être lancé sur l’arrière-main de Fidelis dans le dernier virage. Kapiti Coast fit illusion à mi-ligne droite à l’extérieur de Joe’s Legacy, mais il ne put prolonger son effort jusqu’au bout. Grosse déception de Fyrkat qui démarra sans accélération après avoir fait les extérieurs sur tout le trajet. Un examen vétérinaire démontra qu’il ne s’étendait pas correctement après la course.
Pour ses débuts au Champ de Mars, Ian Sturgeon ne rata pas le coche. Le Sud-Africain fit mouche dès sa première monte pour le compte de Jean-Michel Henry sur Jambamman dont la monte avait valu à Anthony Andrews sa lettre de remerciement lors de la dix-septième journée. Sturgeon fit preuve d’un calme olympien, bien qu’il fût gêné au premier passage du but par Harryphoithappens lorsque ce dernier se rabattit à l’intérieur. Swapneal Rama plaida coupable de careless riding, mais grâce à son good record sous cette charge, la suspension initiale de deux semaines fut réduite à une semaine — c’est la troisième dernière fois qu’il bénéficiait de cette grâce. Mount Hillaby, qui constituait la première monte de l’Australien David Walsh, fit illusion à l’entrée de la ligne droite, mais il marqua le pas, confirmant qu’il était limité sur la distance. En embuscade derrière Prince Lateral, Jambamman put se rapprocher à la corde dans la dernière courbe lorsque Neisius déboita sa monture avant de foncer sur Navistar qui se montra très accrocheur. Prince Lateral prit une encourageante troisième place pour ses débuts sur notre turf devant Cosmic Code, qui courut en progrès. Les déceptions vinrent de Ready For Take Off, qui avait visiblement perdu ses moyens avant même le départ, et Accountability se laissa trop distancer pour espérer influencer les résultats.
Sturgeon démontra qu’il est aussi à l’aise dans la course avec le pas en s’imposant sur Don’t Tell Mama dans The Raoul Rivet Cup, qui ne comptait que huit partants après le retrait de Step To Fame. Cette épreuve semblait promise à Jean-Michel Henry qui avait également en Count Emmanuale une chance de premier ordre de succès. Du reste, on eut droit à un beau duel entre ces deux chevaux. Avec sa meilleure ligne, Count Emmanuale conserva l’avantage de la corde dans la descente avant de laisser partir Don’t Tell Mama qui ne put toutefois trouver la corde qu’aux abords du poteau des 300m. Les commissaires ont ouvert une enquête sur le handling de Count Emmanuale, dont le jockey aurait visiblement pu se montrer plus entreprenant pour empêcher le favori de se rabattre devant lui. Cela ne l’aurait pas contraint d’attendre la ligne droite pour pouvoir lancer sa monture. Count Emmanuale grignota du terrain à vue d’oeil, mais le but arriva trop tôt pour lui. Plain Of Wisdom courut en progrès pour prendre la troisième place devant Nadas, parti lentement, dont la fin de course ne passa pas inaperçue.
Après une semaine sans, James Winks renoua avec le succès grâce à Sir Earl Grey, qui confirma la confiance placée en lui par ses nombreux partisans. Ce gris, qui avait hérité d’un parcours compliqué en épaisseur à ses débuts, se montra concentré avec les Side Winkers et parvint à vite trouver la corde derrière No Resistance et Unbridled Joy, qui luttèrent pour le commandement sur les premiers 100m. À partir de là, Winks se retrouva en position idéale pour observer ses adversaires et il se rapprocha lorsque Unbridled Joy attaqua No Resistance à partir de la route. Castle bénéficia d’un parcours en or dans le dos du futur gagnant, mais il ne se montra pas assez percutant pour disputer la victoire. Parker trouva plus rapide que lui sur la distance et en attentiste, ses chances n’étaient pas évidentes. Certes, Entrée avait hérité d’une ligne extérieure, mais on fut quelque peu surpris de le voir aussi en retrait. Il ne précéda que Argun sur la majeure partie du parcours. L’alezan de Gilbert Rousset réalisa la meilleure fin de course et on trouve qu’il aurait pu disputer la victoire si Fayd’Herbe, qui avait choisi de le lancer à l’intérieur plutôt qu’à l’extérieur du futur gagnant, avait pu l’assister comme il se doit de l’être dans la ligne d’arrivée, car il versait à l’intérieur.
Grande première pour Hurchand
Rye Joorawon n’a pas manqué son retour en compétition après quatre semaines de suspension. Le Mauricien se signala sur le grandissime favori Speed Limit, qui dut toutefois puiser dans ses réserves pour réussir le doublé après sa convaincante victoire dans le championnat des 3-ans. La menace vint de Burg, qui restait sur une troisième place à un peu plus d’une demi-longueur de Night In Seattle dans une valeur supérieure. Rye Joorawon n’insista pas face à Belicosity, un spécialiste du kilomètre, qui avait hérité de la première ligne et il ne se laissa pas prendre au piège par l’allure sélective de l’alezan de Shyam Hurchand, qui, il le savait, allait plafonner à un moment ou à un autre. Lorsque Speed Limit accrocha le fuyard à l’entrée de la ligne droite, on prévoyait qu’il ne fasse qu’une bouchée de ses adversaires. ?Il demeura toutefois sans accélération. Burg se rapprocha vivement sur le tard, mais fut trop distancé pour rattraper le favori.
Joorawon faillit réaliser le doublé, mais il échoua sur le fil dans l’épreuve de clôture sur Tigre Libre face à Var’s Dream, qui permit à Shyam Hurchand d’enregistrer sa toute première victoire en tant qu’entraîneur au Champ de Mars. Sur le papier, The Deacon fit figure d’épouvantail avec sa première ligne, mais il trouva plus rapide que lui en Var’s Dream, qui fit l’effort afin de surmonter le handicap de sa ligne extérieure. Malgré son avantage dans les stalles, The Deacon se retrouva à l’extérieur, car il quitta brusquement la corde après avoir pris le mors sur un côté, selon les dires de Fayd’Herbe. Gilbert Rousset s’est dit préoccupé par le comportement de son cheval et il compte prendre des mesures appropriées afin que The Deacon cesse de courir de façon erratique à l’avenir. C’est Tigre Libre qui se retrouva en striking positionderrière le meneur. Le représentant de Ricky Maingard donna l’impression de pouvoir revenir sur Var’s Dream, mais Guillambert se déchaîna pour conserver un mince avantage jusqu’au bout. The Deacon rentra, lui, avec une boiterie. À noter que Vintage Angel fut retiré après que son jockey, Rakesh Bhaugeerothee, eut été blessé lorsque sa monture se cabra dans sa stalle.
Le Mauricien Centenary Souvenir Trophy donna lieu à une des plus belles lignes droites de la journée puisqu’à 50 mètres du but, ils étaient encore six à pouvoir prétendre à la victoire. Le dernier mot revint à Swapneal Rama sur Trackmaster qui déploya la meilleure accélération. Le favori de la course se nommait Gharbee, qui s’était contenté d’une deuxième place sur 1850m après une série de 6 victoires. Certes, on peut penser que les 2100m sur lesquels il était aligné pour la première fois de sa carrière, étaient un peu trop longs pour ses réelles aptitudes, mais, à bien voir, il était surtout désavantagé par le manque de train de la course. En effet, il se montra très ardent lorsqu’il fut repris après un furlong seulement. Fayd’Herbe profita du train d’enterrement de son compagnon d’écurie pour filer les rênes à sa monture en début de descente pour se rapprocher de Cherish The Charm, qui fut ainsi contraint de durcir le pas. À 600 mètres de l’arrivée, lorsque la doublure de Gilbert Rousset lança le sprint, on pensait qu’elle serait difficile à remonter. Cependant, il marqua le pas à 50m du but. Trackmaster, lancé à l’extérieur du peloton dans la dernière courbe, termina le plus fort pour mettre tout le monde d’accord.