• Vincent Degert : « Faire de cet accord un exemple pour l’Afrique »
  • Sunil Boodhoo : « Ouvrir le marché des services de l’UE »

Les négociations en vue de la conclusion d’un accord de partenariat économique complet entre l’Union européenne (UE) et la région Afrique Orientale et Afrique Australe (AfOA) dans le cadre du groupe ACP débuteront officiellement à Maurice demain matin. Helena Konig, directrice générale adjointe du commerce à la Commission européenne, participera à la conférence ministérielle UE-ESA, qui lancera les négociations, alors que Cecilia Malmström, commissaire européenne chargée du commerce, s’adressera, elle, aux délégués par vidéo.

Ces négociations sont organisées à la demande des cinq pays membres de l’AfOA (Comores, Madagascar, Maurice, Seychelles et Zimbabwe). Les relations commerciales entre cette région et l’UE s’effectuent depuis huit ans dans le cadre d’un APE intérimaire. « Nous accueillons cette demande favorablement, d’autant plus que cet accord pourra être un fer de lance et un exemple pour les pays africains », a déclaré Vincent Degert, le nouvel ambassadeur de l’UE à Maurice. « L’UE veut mettre l’accent sur les relations entre Afrique et l’UE. Nous n’en sommes pas encore au niveau de la création d’une zone de libre-échange, mais on voudrait avoir un exemple qui marche et qui fonctionne», a dit Vincent Degert, qui rencontrait la presse après son entrée en fonction la semaine dernière.

Lisez l’article au complet dans l’édition du Mauricien du 1er octobre.