Le dossier a été remis à la Criminal Investigation Division (CID) de Trou-aux-Biches

Une femme, membre du corps diplomatique (attaché) de l’ambassade des États-Unis, 38 ans, a été victime d’un vol mercredi sur la plage publique de Pointe-aux-Biches. La trentenaire, qui réside à Pointe-aux-Piments, a déclaré à la police qu’elle est sortie tôt chez elle le matin en compagnie de son père pour sa marche matinale.

Aux environs du terrain d’incinération, un inconnu mesurant environ 1 m 80, vêtu d’un t-shirt, d’un jean et d’une casquette, l’a poussée. Puis, il a arraché son sac qu’elle avait accroché au dos. Celui-ci contenait un IPhone, les clés de sa maison, un livre religieux, et une télécommande ouvrant la porte de sa cour. Le préjudice s’élève à Rs 25 000.

La plaignante dit qu’elle n’a pas pu mettre la main sur le suspect car aussitôt son forfait accomplit, il a pris la fuite dans un buisson. La victime a ajouté qu’elle n’a pas été blessée lors de ce vol. Le dossier a été remis à la Criminal Investigation Division (CID) de Trou-aux-Biches qui a sollicité le Police Main Command and Control Centre d’Ébène pour vérifier les caméras de Safe City.

Cependant, les appareils n’ont pu enregistrer le vol car ils se trouvent assez loin du lieu du délit. Entre-temps, le cas, traité comme un “high profile case”, a reçu toute l’attention des autorités vu que le portable de la victime pourrait contenir des informations sensibles. Toutes les unités de la Northern Division ont été alertées et un “Divisional Response plan” a été mis en place. En se basant sur des renseignements, l’équipe de l’inspecteur Seegoolam, assistée du Sub-Inspector Ramasawmy a interpellé un habitant de Pointe-aux-Piments (23 ans), plus connu comme Sirop.

Lors de son interrogatoire, le jeune homme a nié toute implication dans ce vol. D’ailleurs, rien d’incriminant n’a été trouvé chez lui lors d’une perquisition. La police a invité l’Américaine à une parade d’identification. Cette dernière a déclaré que Sirop n’était pas le voleur. Après encore quelques questions des enquêteurs concernant son alibi, il a finalement été relâché. Plusieurs unités de la police comme l’Anti Robbery Squad et les Field Intelligence Officer travaillent de concert pour résoudre ce cas. L’enquête est supervisée par l’ACP Seebah, Divisional Commander de la Northern Division.