Une plainte a été déposée au poste de police d'Abercrombie

La situation a failli dégénérer le 15 septembre dernier à Caro-Lalo, Vallée-des-Prêtres, où des badauds se sont massés devant un commerce pour s’en prendre à un malfrat qui venait de commettre un vol.

La police a dû baisser les volets du local en attendant du renfort pour empêcher la foule de lyncher le suspect. « Nou pou fer zistiss nou mem » et « aret protez voler », ont lancé des personnes en colère. Ces dernières estiment que les cas de vols ont augmenté ces derniers temps et soulignent qu’après le meurtre du boutiquier Shyam Ramgoolam, 71 ans, dans son commerce en juillet, la situation n’a guère changé. « De fwa van lapolis fer enn letour apre reale. Zot mem pa desan dan zot 4×4 pou fer check », s’exaspère une habitante.

Selon elle, les femmes de la région « n’osent plus sortir seules le soir » pour se rendre à la boutique, au risque de se faire attaquer. Depuis plusieurs années déjà, les habitants réclament la construction d’un poste de police à Vallée-des-Prêtres où à Cité La Cure, estimant que le poste de police d’Abercrombie ne peut couvrir une zone couvrant Vallée-des-Prêtres, Cité La Cure, Sainte-Croix, Cité Briquetterie, Bois-Marchand, et une partie de Roche-Bois. « Kouma enn ti lekip lapolis ki travay lor shift pou kapav kontrol tou sa lendrwa-la », se demandent les habitants. Mais les Casernes centrales avancent que la police régulière est épaulée par des équipes de l’Emergency Response Service (ERS), la Criminal Investigation Division (CID) de Port-Louis, l’Anti Robbery Squad et la Crime Intelligence Unit (CIU), entre autres.

Autre inquiétude des habitants : la consommation de drogue synthétique chez les jeunes. « Ena bann zeness aswar zot groggy. Zot kasiet dan ban kwin sonb pou konsom ladrog. Parfwa dimoun per pou pass lor simin pou rentre kot zot. » Ils souhaitent que les autorités prennent le taureau par les cornes pour mettre un frein à ces activités. Ils déplorent aussi un manque d’infrastructures sportives dans la région. « Ziss kan eleksyon pre ou trouv bann kandida pran nou kont. Nou gagn tshirt, boul, ekipman… Kan eleksyon termine, zot delaiss nou », affirme un jeune de l’endroit. Pour l’immédiat, les habitants souhaitent que la région soit comprise comme un “hotspot” par la police et qu’un véhicule de police soit stationné en permanence le soir « pour plus de sécurité ».