Les funérailles de la victime ont eu lieu ce vendredi

C’est la consternation rue Sauzier, Vallée-Pitot, après le décès de Zafeerudeen Atharsaib, âgé de huit ans, retrouvé inerte sous la douche hier en début de soirée. « So bann paran inn abat, sirtou so mama », nous a confié Mohammad, son oncle. La police soupçonne qu’une fuite de gaz, émanant de la douche, serait à l’origine du drame. En attendant le rapport d’autopsie, prévu aujourd’hui, les policiers ont placé un cordon de sécurité devant la salle de bains.

Selon l’oncle, la victime, qui fréquentait l’école primaire de Villiers Rene, rue La Paix, à Port-Louis, s’était rendue à une excursion organisée par son établissement. « Il est rentré à la maison vers 16h. Il a parlé de sa journée à sa mère Zainaab pendant quelques minutes avant d’aller se doucher », raconte-t-il. Zainaab Atharsaib s’est ensuite rendue dans son salon de beauté, situé au rez-de-chaussée, tandis que le père de la victime, Mozaffar Mohammad, se trouvait dans le salon avec leur bébé.

Pendant plus d’une heure, personne n’a remarqué l’absence de l’écolier. C’est vers 18h que sa mère, ne le trouvant pas dans la maison, s’est ruée vers la salle de bains, où l’eau coulait encore. « So mama inn apel li me li pa ti pe reponn », nous explique son oncle. À la demande de son épouse, Mozaffar Mohammad s’est lui aussi rué vers la salle de bains et, après quelques appels, il a fini par forcer la porte. « Zanfan-la ti anba ek san konesans », dit-il. Son père a alors fait le nécessaire pour l’emmener à l’hôpital Jeetoo, où un médecin au “Casualty Ward” a confirmé le décès de Zafeerudeen Atharsaib. Son cadavre a été transféré à la morgue en vue d’une autopsie. Le poste de police de l’hôpital a alors informé celui de Vallée-Pitot de ce cas.

L’entourage de Zafeerudeen est très affecté par son décès. « C’était un enfant avec une joie de vivre extraordinaire et aimé de tous. Dés son jeune âge, il s’est inscrit dans un club pour apprendre le karaté », indique l’oncle. Les enquêteurs comptent questionner les parents pour obtenir plus de détails sur les circonstances de ce décès, et également pour savoir si le garçon avait un problème de santé. Néanmoins, ils ne soupçonnent aucun acte criminel dans cette affaire à ce stade. Des éléments du SOCO se rendront au domicile de la victime dans la journée pour inspecter l’installation de la douche à gaz. L’enquête se déroule sous la supervision du surintendant Paraouty.