Plusieurs unités de police, dont la CID, la SSU et des commandos de la National Coast Guard, ont été mobilisées hier à Plaine-Verte pour mener l’opération “Sudden fall”. Des habitants du quartier ont déploré que des individus suspects fréquentent la maison d’un chômeur de 47 ans, rue Ambroisine. De plus, des policiers ont appris que des psychotropes étaient facilement accessibles ces derniers temps.

Les policiers ont alors fouillé la maison du quadragénaire, où ils ont découvert 17 boîtes de psychotropes vides que le suspect aurait déjà écoulées, 78 comprimés illicites, un joint rempli de drogue synthétique et du papier aluminium. La police a aussi découvert deux bouteilles avec une certaine inscription qui contiendrait normalement de la méthadone. Ces récipients sont distribués par le ministère de la Santé aux toxicomanes qui sont sous traitement de la méthadone. Les enquêteurs estiment que le quadragénaire aurait vendu ces drogues. Le principal concerné est, lui, resté silencieux. Il a été traduit hier après-midi au tribunal de Port-Louis, où il a obtenu la liberté conditionnelle.

La police a ensuite poursuivi son opération chez un maçon de 27 ans, à Vallée-Pitot, qui était en compagnie d’un complice de 19 ans. À l’arrivée des policiers, le duo s’est caché dans les toilettes. Les policiers ont dû forcer la porte et, dans la mêlée, le plus jeune a tenté de s’enfuir en brandissant un sabre. Toutefois, il a vite été désarmé par les commandos.  Le duo a avoué plusieurs vols avec violence dans les faubourgs de la capitale et devait incriminer un voisin de 29 ans qui a lui aussi été arrêté. La police a saisi dans la maison une certaine quantité de cannabis synthétique, des vêtements et une tablette volée. Les individus ont été placés en détention après leur comparution en justice tandis que leur complice a été libéré sous caution.