Victor Hugo est un monument de littérature. Écrivain, poète, dramaturge et politicien, il a aussi permis à de nombreuses générations de développer une réflexion sur l’engagement de l’écrivain dans la vie politique et sociale grâce à ses multiples prises de position. Victor Hugo est mort le 22 mai 1885, mais sa pensée est toujours contemporaine.
Victor Hugo n’a cessé d’écrire au long de sa vie (26 février 1802-22 mai 1885). Sa poésie est variée : lyrique, satirique, épique… Il est également écrivain politique, pourfendeur de Napoléon III (“Napoléon le petit”) et défenseur de l’égalité républicaine; écrivain voyageur, penseur, observateur de son époque à travers le recueil Choses vues, où sont rassemblés différents écrits et croquis pris sur le vif.
Célèbre dans le monde entier, souvent repris par le cinéma ou la comédie musicale, et pourtant mésestimé par la critique. On lui reproche des romans trop longs, touffus, mal construits, bourrés de digressions; des situations mélodramatiques, des invraisemblances, trop d’effusions lyriques.?Les autres écrivains critiquent dans ses romans un univers singulier, une écriture qui mélange les registres, une mythologie romanesque.
L’oeuvre romanesque de Victor Hugo est imprégnée d’une mystique humanitaire qui fait de l’homme le coeur du monde. On y reconnaît le “moi” des romantiques. Dieu est détaché de l’Église et des dogmes pour communier avec l’homme. D’une manière générale, Victor Hugo reprend des romans à succès et en refait les règles. On trouve ainsi en Jean Valjean dans Les Misérables un sauveur moderne, tenté par le mal et faiseur de miracles.