Lundi, au Caudan Waterfront, c’est à bord du Hugo Boss que nous avons navigué. Conçu pour la course au large, ce voilier, un monocoque de la classe IMOCA 60 pieds, porte le nom de la compagnie qui le sponsorise. Son nouveau design séduit de par sa couleur blanche à bâbord et noire à tribord. Racheté par Alex Thomson et remis à l’eau en mai 2010, le nouveau Hugo Boss a subi un sérieux lifting, le tout placé sous la supervision de l’architecte Juan Kouyoumdjian. La démarche étant de rendre le bateau plus maniable en optimisant ses performances.
Comprendre le maniement de la voile avec les membres d’équipage du Hugo Boss est un moment riche en émotions. Manoeuvrer ce voilier demande de la force dans les bras. Malgré le soleil de plomb, l’heure était à la détente, aux fous rires, avec au programme une balade d’une heure fort instructive dans la rade du Caudan.
Air revigorant, sans oublier des éclaboussures d’eau avec ce petit goût de sel sur le visage, c’est cela l’univers des passionnés de la mer. Comprendre la passion de ces navigateurs qui ont connu exploits et défaites, c’est le message qu’ont voulu faire passer aux Mauriciens les skippers du Hugo Boss. Il leur faut aussi du courage, de la force dans les muscles et l’esprit combatif pour rester en mer parfois jusqu’à trois mois d’affilée.
Mais on aurait tort de ne pas aimer la mer. À regarder la puissance de ce voilier et les mains agiles de ces membres d’équipage à hisser la voile, à naviguer tout en ayant le réflexe voulu… Dur métier et pourtant ces trois solides gaillards – à la taille sylphide – par leur passion ont réussi à faire le tour du monde.
Simon, celui aux commandes, relate que leur périple après Maurice les conduira à Cape Town en Afrique du Sud, à Rio au Brésil et bien d’autres pays… Il dit aimer Maurice, qu’il découvre pour la première fois, et semble touché par la gentillesse de ses habitants et par le climat agréable. « One good thing is that Mauritians know how to speak English. Sometimes during our travel we meet different people from different countries and most of the time there is a barrier of language. »
Leur nourriture empaquetée étonne à première vue car on dirait des aliments pour des poissons d’aquarium. Moments de rire et Simon de préciser : « On ne peut forcer le système digestif, on reste des mois en mer et on a besoin de garder la forme. C’est épuisant but quite a thrilling adventure. »
L’éclat de la marque
L’avantage du voilier IMOCA 60 d’Hugo Boss est qu’il a été conçu pour répondre à la technique de manoeuvre du skipper tout en lui permettant d’effectuer un tour du monde en solitaire. On apprend qu’Alex Thomson, skipper britannique, a commencé à faire parler de lui en remportant la CISipper Round the World Race 1999, devenant du même coup le plus jeune skipper à s’imposer dans une course autour du monde. Il n’avait alors que 25 ans. Il a aussi remporté la Round Britain and Ireland Race en Open 50. Il a réalisé son premier coup d’éclat sur le circuit IMOCA en battant le record des 24 heures en monocoque en solitaire avec 468 milles parcourus lors du Défi Atlantique 2003.
Alex Thomson a entretenu une relation de longue date avec Hugo Boss, qui l’a sponsorisé depuis 2003. Il compte d’ailleurs entamer le mois prochain un tour du monde en solo non stop pour le Vendée Globe. Simon ajoute : « Alex dedication to excellence, optimum performance make him the perfect Hugo Brand ambassador. »
Depuis 2003, dans le cadre de son activité de sponsoring, Hugo Boss mène une politique active au niveau des sports de voile et a apporté son soutien à Alex Thomson. Tous les atouts sont réunis pour la prochaine course du prestigieux Vendée Globe. À cette occasion, le Britannique fera le tour du monde en solitaire à bord du Hugo Boss. Sur un des dépliants, on peut même y lire : « The Hugo Boss engagement in sports is an integral part of its global marketing campaigns and its association with premium sports like sailing, which help to convey brand values such as dynamics, perfection and precision. »
Thibaut de Navacelle, responsable de la communication chez Hugo Boss, explique qu’« après Bagatelle, Hugo Boss s’implantera à La Croisette. Ce bateau avec le sigle d’Hugo Boss sponsorise les skippers pour un tour du monde, c’est un moyen de faire véhiculer l’image de cette marque à travers le monde. On est très attentifs au design, à la qualité de ce produit. Notre mission est de donner la garantie aux acheteurs qu’ils achètent du vrai Hugo Boss et pas de la contrefaçon », indique Thibaut de Navacelle.
Décrivant le style de vêtement que propose Hugo Boss, il trouve que : « C’est griffé, cela donne de l’allure, du style et les couleurs sont les mêmes que celles d’automne. En cette fin d’année, c’est des teintes chaudes, colorées, qui font surface. » La marque sera aussi présente avec l’ouverture de l’aéroport l’an prochain.
Pour son Hugo Boss Hospitality Boat Sailing Tour 2012, la firme a donné tout son soutien à Alex Thomson, et comme le souligne James, un autre membre d’équipage : « The Hugo Boss yatch is not a floating billboard but a Hugo Boss project reflecting everything that is classically Boss Black-modern, elegant and confident. » La marque habille aussi les skippers et le vêtement utilisé est à la fois résistant à l’eau de mer, imperméable et idéal pour les climats froids.