Trois des quatre demi-finalistes de la Coupe des clubs champions de la zone 7 de volley-ball au niveau féminin sont déjà connus. Il s’agit de Curepipe Starlight (Maurice) et Saint-Denis Olympique (Réunion) en poule C, et Stef’Auto (Madagascar) en poule D. Le carré d’as sera complété soit par les Réunionnaises du Volley Club Côte Ouest, les Seychelloises de Cascade ou les Mauriciennes des Tranquebar Black Rangers.
L’exploit de cette compétition jusqu’ici demeure la prestation de la formation de la Grande île. Voilà une équipe qui n’a débarqué qu’avec sept joueuses, sans entraîneur et avec rien que 153 euros (environ Rs 6 000) en poche, alors que les frais de participation se chiffrent à 300 euros (environ Rs 12 000). Malgré tous ces contretemps, les championnes de Madagascar se sont surpassées pour vaincre tour à tour Cascade hier et le Volley Club Côte Ouest ce matin. Tsirisoa, Adriamanoha, Mamode, Rambony, Rasoaniaina, Alfred et Ranivosoa ont heureusement pu compter sur l’apport d’Étienne, entraîneur de l’équipe masculine de la Gendarmerie Nationale, pour les épauler. Leur esprit d’équipe ainsi que le fait d’être autonomes sont deux extrémités qui leur ont permis de faire la différence. Virtuellement assurées de se retrouver à la première place de leur groupe, elles affronteront le vainqueur du débat Curepipe Starlight/Saint-Denis Olympique qui s’est déroulé en début d’après-midi.
Les équipes du Curepipe Starlight SC et de Saint Denis Olympique ont évolué plusieurs crans au-dessus de M’Tsapere. Très limitées techniquement et tactiquement, les Mahoraises ont concédé deux lourdes défaites, soit 10-25, 14-25, 15-25 face au CSSC, qui avait aligné Maïta Cousin, Vanessa Chellumben, Felicia Julie, Chow Fee Cheung, Heidy Durhône et Angélique Ramdoss, et 10-25, 14-25, 8-25 face au SDO. M’Tsapere bouclera sa compétition lors du match de classement prévu mercredi (8h) au gymnase Navin-Soonarane à Ébène face à la troisième équipe de la poule D. Reste qu’avec la présence d’Azur SC dans ce groupe, la compétition aurait été nettement relevée. Mais passons…
Pour en revenir à cette poule D, il faut savoir que les Tranquebar Black Rangers peuvent nourrir beaucoup de regrets. Voilà une équipe qui semblait avoir fait le plus difficile en remportant les deux premières manches (25-17 et 28-26) avant de s’écrouler contre toute attente (21-25, 20-25 et 11-15). Malgré l’apport de quatre guest-players (Valérie Arlanda, Carla Brase, Joanita Latour, Véronique Douce), les vice-championnes de Maurice ont souffert de par un manque de cohésion dans leur jeu et n’ont pas été transcendantes aux services et en attaque.
José Bistoquet reconnaissait que ses protégées étaient passées à côté du sujet. « Les services étaient très mauvais, les filles en ont manqué beaucoup. Les deux nouvelles passeuses sont avec nous depuis une trop courte durée et on en revient au même problème que lors des play-offs. Elles n’ont pas permis aux centrales de s’exprimer. Au fil du match, elles ont perdu confiance en leurs possibilités », a-t-il déclaré.
Si les Tranquebar Black Rangers (Martine Bistoquet, Priscilla Kelly, Valérie Arlanda, Carla Brasse, Joanita Latour, Elizabeth Mohungoo, Wincy Dedans (libero) avait longtemps cru en leurs chances, l’équipe réunionnaise n’a jamais baissé les bras.
Esther Nassibou, Valérie Bawedin, Inès Bawedin, Laure Laravine, Annabele Dany, Adèle Julie et Julie Naze ont prouvé qu’elles avaient la rage de vaincre sur le terrain.
« Nous avons été surprises par la performance de l’équipe mauricienne. Ses joueueses ne nous ont pas laissé la tâche facile. C’était une vraie bataille. Je trouve que mon équipe a commis des fautes inhabituelles. C’était une belle victoire quoi qu’il en soit », a fait ressortir Lucie Bawedin, l’entraîneur du Volley Club Côte Ouest. La qualification pour les demi-finales passe désormais par une victoire face à Cascade demain matin.