Muzi Yeni n’a pas regagné l’Afrique du Sud comme prévu hier soir. Il lui aurait été interdit de quitter le pays. À ce matin, il était encore sur notre sol. Peu d’informations ont filtré sur cette objection to departure, demandée par la Gambling Regulatory Authority, qui pèse sur le jockey sud-africain. Il devrait être emmené aux Casernes centrales dans la journée pour interrogatoire par la Police des Jeux.
Pour rappel, à la demande de la GRA qui avait fourni au MTC les éléments d’informations troublantes après que des messages WhatsApp compromettants ont circulé sur les réseaux sociaux, les commissaires du MTC ont convoqué le jockey Muzi Yeni mardi pour des explications. Le jockey sud-africain avait affirmé qu’il n’était pas l’auteur de ces messages relatifs au tipping. Les Racing Stewards ont alors décidé de ne pas donner suite à cette enquête.
L’ex-jockey de l’écurie Maingard avait donc le feu vert du MTC pour regagner son pays natal hier soir et se préparer pour le July Handicap ce samedi à Durban, où il est attendu pour monter Ten Gun Salute, de l’entraînement Duncan Howells, l’un des favoris de l’épreuve. Mais les autorités mauriciennes en ont décidé autrement. Il aurait été arrêté à l’aéroport.
Selon des informations dignes de foi, l’enquête policière sur les échanges WhatsApp concernant le jockey sud-africain pourrait prendre une autre dimension dans les jours qui viennent avec l’identification du contact, un punter qui a communiqué avec le jockey pour des tips. Selon des recoupements d’informations, le contact du jockey sud-africain ne serait autre qu’un frère d’un accusé connu dans le trafic de Subutex entre la France et Maurice.