Les représentants des participants au Young Mauritians Plan for the Planet avec au centre (de gauche à droite) Ian Chambers – directeur du Young Australians’ Plan for the Planet, Dr Aman Kumar Maulloo - directeur du Rajiv Gandhi Science Centre, Alain Law Min – Chief Executive Officer, MCB Ltd, et Leela Devi Dookun-Luchmun, ministre de l’Éducation et des ressources humaines, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

Près d’une centaine de jeunes étaient rassemblés samedi à la MCB de St Jean dans le cadre de la Youth Conference on Sustainable Development. Issus de 10 différents collèges, ces jeunes ont ainsi participé au « Young Mauritians’ Plan for the Planet », un projet mené par le Rajiv Gandhi Science Centre.

Au total, 107 solutions — allant du problème de la drogue, en passant par les accidents de la route, la pauvreté ou encore l’éducation pour tous, à la pollution, pouvant être mises en application — ont ainsi été retenues et font partie du Young Mauritians’ Plan for the Planet.

Ce programme consiste à donner l’opportunité à nos adolescents de formuler des recommandations sous forme d’Action Plan afin d’assurer un avenir viable pour la planète et pour le pays. Pour Ian Chambers, directeur du Young Australians’ Plan for the Panet Programme, l’objectif est de s’attaquer aux plus gros challenges auxquels la planète fait face actuellement.

Les jeunes participants à la Youth Conference on Sustainable Development ont effectué une visite guidée de MCB St Jean

« Au début du programme les élèves, aussi bien en Australie qu’à Maurice, disent : “Tout cela est trop vaste pour nous”, et terminent toujours le projet quelques mois plus tard en disant : “On peut le faire”. Ils auront développé plusieurs aptitudes et auront utilisé plusieurs outils leur permettant de venir proposer des solutions exactement comme on le ferait dans le cadre d’une entreprise. Ici, ils sont en train de faire le meilleur investissement possible car ils sont en train d’investir dans notre avenir à tous », soutient le directeur du Young Australians.

Sur une période de six mois, les participants, avec l’accompagnement de leurs professeurs et des « mentors », se sont penchés sur les différents SDGs afin d’identifier, par SDG, quatre thématiques prioritaires. Ils ont ensuite proposé des solutions pour chacune de ses problématiques.

Ce plan a également été lancé, sous forme de livret, lors de la cérémonie de clôture du Youth Conference on Sustainable Development qui s’est tenu à la MCB St Jean. Il a par la suite été présenté, lors de cette cérémonie, à la ministre de l’Éducation, Leela Devi Dookun.

La deuxième phase du projet consistera désormais à l’élargir à d’autres écoles et aussi à d’autres pays, et à passer au stade de l’implémentation. Le Chief Executive Officer de la MCB Ltd, Alain Law Min, est confiant que les adolescents seront à la hauteur du défi.

« Le Young Mauritians’ Plan for the Planet encourage nos jeunes à utiliser les principes de business afin d’aborder les 17 objectifs de développement durable des Nations unies. Grâce au travail effectué et aux résultats présentés, nos jeunes ont prouvé qu’ils apportaient une perspicacité incisive et une approche pragmatique de la résolution des questions clés », explique Alain Law Min.

Un mouvement global originaire d’Australie.

Le Young Mauritians’ Plan for the Planet fait partie d’un mouvement global qui a été initié en Australie, impliquant les élèves du cycle secondaire. Ce pays a été le premier à instituer ce projet, par le biais de l’Australian National University, Questacon, et Ian Chambers, Director, Young Australians Plan for the Planet.

Les jeunes Australiens ont travaillé en équipe afin de proposer des idées pratiques et réalisables pour atteindre les 17 Sustainable Development Goals (SDGs) établis par les Nations unies en 2016. Ces SDGs ont pour but ultime l’éradication de la pauvreté, la protection de la planète et la prospérité pour tout un chacun.

Près d’une centaine de jeunes étaient rassemblés samedi à la MCB de St Jean dans le cadre de la Youth Conference on Sustainable Development

Suite au succès du programme en Australie, le projet s’étend désormais sur une base pilote à d’autres pays, dont Maurice. Ici, cette initiative se fait sous la férule du Rajiv Gandhi Science Centre, impliquant dans un premier temps une centaine d’élèves issus de 10 collèges : Sir Leckraz Teelock SSS, Royal College Curepipe, Swami Sivananda SSS, Dr james Burty David SSS, Colege du Saint Esprit, Loreto College Saint Pierre, Simadree Virahsawmy SSS, Phoenix SSS, Soondur Munrakhun College et Hamilton College Girls.