AU CENTRE SWAMI VIVEKANANDA : Bann ki pe rod attak moi, zot pe pran part bann trafiquant, a déclaré Pravind Jugnauth

Évoquant la tolérance du trafic de drogue dans le passé, le Premier ministre déplore que « ena fin amasse richesse extraordinaire » et affirme que « nou pe démantele network là »

Si le pays est un modèle aux yeux du monde entier du fait que notre nation pluriculturelle vit en harmonie et en paix, il doit aussi être un exemple dans d’autres domaines, dont celui de la sécurité. C’est pourquoi il est important que chaque citoyen contribue pour que la paix sociale perdure. C’est ce qu’a fait comprendre le Premier ministre qui participait hier à un Eid Gathering organisé par l’Eid Committee sous l’égide du ministère des Terres et du Logement, à Pailles. Pravind Jugnauth dit cependant constater que certaines personnes «pe dérailler, pe perdi latete, pe ale contre la loi ». En tant que Premier ministre, il affirme avoir pris des actions dont certains portent déjà leurs fruits. Cela ne concerne pas uniquement la drogue, mais aussi l’abus de l’alcool et de la cigarette, dit-il. Et à ceux qui critiquent sa politique, Pravind Jugnauth réplique: «Zot pe pran part sa bann trafiquant la drogue la. C’est enn avertissement pou zot même. »
Sa sincérité dans le combat contre le trafic de drogue ne peut pas être mise en doute, estime le Premier ministre, car depuis qu’il a entrepris de démanteler le trafic de drogue « nou finn amene résultat ». Des résultats non seulement en termes de saisie de cargaisons de drogue, mais aussi de l’argent de la drogue. « Et nou pe trouvé couma enn nertwork sa pe opérer. Nou pe demantele sa network la », dit-il, en donnant la garantie que d’autres résultats tomberont encore prochainement. Ce qui est dommage, c’est que malheureusement dans le passé, en raison de la tolérance, Maurice est devenu une plaque tournante de la drogue, déplore le chef du gouvernement. Mais le gouvernement va continuer à traquer les trafiquants de drogue, car son objectif est de protéger la population contre «sa bann crinimel ». Des propos évoqués dans son discours effectué devant une assistance comprenant plusieurs membres du gouvernement et d’autres hommes d’affaires, ainsi que des proches du ministre Soo-dhun. Si la PPS Roubina Jaddoo n’a pas été aperçue à ce dîner, Me Raouf Gulbul s’est  fait un devoir de venir saluer le Premier ministre à la fin du repas. Le ministre mentor, n’a lui pas fait le déplacement. Seule Lady Sarojni a assisté à cette célébration de Eid.
« Combat ki nou pe amené contre la drogue, li pa zis moi comme Premier ministre, mais tout enn gouverna », a affirmé Pravind Jugnauth. Et aujourd’hui, grâce au travail abattu, les autorités ont pu constater «ki quantité la drogue finn soutirer malheureusement, et couma finn laisse mafia la drogue opérer en toute quiétude ». S’il évite de mentionner que certains de son parti qui ont comparu devant la Commission drogue, dont l’avocat Raouf Gulbul, le Deputy speaker Sanjeev Teeluckdharry et la PPS Roubina Jaddoo sont sujets à des allégations sur des transactions douteuses, Pravind Jugnauth déplore « qui ena fin amasse richesse extraordinaire ki nou meme pa réaliser qui quantité moyen ». Il s’insurge toutefois qu’alors qu’il est en train de « nettoyer le pays ena dimoun pe rode attak moi, pe fer démagozi. Mais sa bann dimoun ki pe rod attak moi la, zot pe pran part sa bann traffiquant la drogue la. C’est enn avertissement pou zot mem sa ». 
« Conneries »
Les critiques, qu’il qualifie de « conneries », s’il les entend, s’il les voit et s’il les lit, il n’en tient pas compte, dit le Premier ministre. Il réaffirme sa volonté de faire avancer le pays suivant sa vision. « Je veux moderniser le pays en commençant par le système de transport public », dit-il, s’insurgeant des critiques à l’encontre du projet Métro Express : « Ena ti daccord hier, zordi zot contre alors ki prose la pou coute moins cher. Apres ena ban rétrograde, bann passéistes ki pa trouv pli loin ki zot néné. Mo laisse sot fer tapaz. Moi mo pou avancé. » Dans ce contexte, il évoque les différents projets mis en place pour améliorer le quotidien des Mauriciens, dont les projets relatifs à la fourniture d’eau et à l’énergie. Des développements qui tiennent en compte ceux au plus bas de l’échelle.
Le Premier ministre a aussi fait les éloges du vice-Premier ministre, qui grâce à ses contacts avec l’Arabie Saoudite, a maintenu le prix du billet de Hadj à Rs 35 000 depuis 2015 et réussi à conserver les 1 500 visas acquis par Maurice pour ce pèlerinage. Dans le sillage, commentant les relations de Maurice avec les pays arabes, Pravind Jugnauth est revenu sur le dossier Chagos, remerciant les pays de l’Union africaine de s’être positionnés en faveur de Maurice face aux Anglais et aux Américains. « Même les pays qui se sont abstenus de voter ont eu un geste important pour nous », dit-il avant d’ajouter que le travail n’est pas fini, et qu’avec plus de discipline, d’efforts et de volonté de travailler main dans la main, Maurice peut atteindre son objectif.