Les initiatives de Maurice sur le plan de la lutte contre la fraude et la corruption, en privilégiant l’Integrity Reporting et la Good Governance, suscitent de l’intérêt, notamment au niveau du Commonwealth après un premier passage au sein du groupe des Petits États insulaires en développement (PEID). Ainsi, le Commonwealth Secretariat, qui organise le 18 mai prochain une Inaugural Commonwealth – Mo Ibrahim Foundation Governance Conversation à Londres, a invité le ministre de la Bonne gouvernance, Roshi Bhadain, à faire partie du panel d’intervenants pour la promotion de la culture de la bonne gouvernance, en particulier parmi les États membres du Commonwealth. La présence de Maurice à ces échanges à Londres se déroulant dans le sillage de l’Anti-Corruption Summit : London 2016, convoqué le 12 mai prochain, à l’initiative du Premier ministre britannique David Cameron, vise à partager l’expérience de Maurice dans ce domaine.
Justifiant la démarche du Commonwealth avec une invitation officielle au ministre Bhadain, la Deputy Secretary General (Political) du Commonwealth, le Dr Josephinen Ojiambo, note : « I am delighted to invite you very warmly to participate in the Inaugural Commonwealth – Mo Ibrahim Foundation Governance Conversation. » Ces échanges se dérouleront à la Marlborough House, le siège du secrétariat général du Commonwealth, avec pour objectif de « advance Commonwealth Values and strengthen our collaborative partnerships and impact ». Le Commonwealth et les États membres sont intéressés à « explore opportunities for other Commonwealth member states to learn from successes, valuable lessons and initiatives taken by Mauritius ».
Cette Inaugural Conversation, en collaboration avec la Mo Ibrahim Foundation, ambitionne de « showcasing fresh ways of working towards our shared goal of deepening good governance and sustainable development in Africa ». Le ministre Bhadain, qui a été invité à cet « important Commonwealth work for Africa by sharing his personal wisdom and the experience of Mauritius », devra aider à dégager une série de mesures en vue d’approfondir la bonne gouvernance en Afrique en partenariat avec l’Ibrahim Index on African Governance (IIAG).
La semaine précédant cette Inaugural Commonwealth – Mo Ibrahim Foundation Governance Conversation, le Commonwealth Secretariat aura réuni des Global Leaders de la société civile, du monde des affaires pour une conférence sur le thème “Tackling Corruption Together”. Le Commonwealth souligne à cet effet : « At the Tackling Corruption Together conference, invited participants will underline that anti-corruption is a shared agenda for civil society, business and government, requiring commitments from companies, a space for civil society, and support for whistle-blowers. The conference will reinforce and showcase successful initiatives and is intended to sustain the impact of the London Anti-Corruption Summit beyond 12 May through the development of sustainable partnerships. »
Le principal cheval de bataille du ministre Bhadain, intervenant sur la plateforme du Commonwealth, demeure les dispositions arrêtées sous la Good Governance and Integrity Reporting Act, votée par le gouvernement fin de l’année dernière. La présence de Maurice à ces échanges viendra se greffer sur la décision arrêtée lors de la conférence des Nations unies contre la corruption dans les PEID en septembre de l’année dernière à Saint-Pétersbourg, en Russie. L’une des résolutions votées par cette instance, avant même que la Good Governance and Integrity Reporting Act ne soit adoptée, soutient que Maurice devra devenir « a dedicated platform for anti-corruption reforms for small island developing states for the purpose of research and the sharing of best practices specific to small island developing states ».
Par ailleurs, le Commonwealth Secretariat joue un rôle de premier plan dans la constitution de l’Integrity Board en vue de mettre en pratique à Maurice les Unexplained Wealth Orders dans la lutte pour asseoir une plus grande transparence de même qu’une bonne gouvernance dans la gestion des affaires. Le Commonwealth Secretariat a été sollicité pour dresser une “short list” des juges à la retraite britanniques et du Commonwealth pour la sélection du Chairman de l’Integrity Reporting Board. Une annonce officielle du gouvernement sur ce choix devra intervenir vers le mois prochain alors que les procédures pour le démarrage de l’Integrity Reporting Agency, avec l’ancien partenaire de PwC à Londres, Paul Keyton, recruté en tant que directeur général.