Zulu s’arrête. Une pause de quelques mois pour souffler, le temps pour l’artiste de Mahébourg de reprendre les choses simples de la vie et de se consacrer à Intimiste, qui succédera à Zulu. Depuis la sortie de cet album en 2013, l’homme et ses musiciens n’ont pas chômé, enchaînant concerts et spectacles à travers l’île. En attendant de dire au revoir le 14 mars, il se met à l’ombre du badamier du débarcadère de Pointe Jérôme pour faire le bilan de son incroyable histoire.
Avant, quand Louis Michel Bavajee se présentait comme “Zulu”, il y avait souvent à l’autre bout du fil une part de surprise, voire un soupçon de dédain. “Les secrétaires me disaient : Ki zafer ? Zulu ?” Le grand éclat de rire revient : “Aujourd’hui, quand elles m’appellent, elles demandent : Monsieur Zulu, s’il vous plaît ?” Cela s’est fait en quelques mois : “Zulu inn vinn Misie !” Voilà de quoi rire un peu plus…
Avant que tout cela ne lui monte à la tête et qu’il ne se retrouve dans une situation où “momem mo pou bizin bez mwa de klak”, le pêcheur a décidé de sauter de la vague qui le porte depuis deux ans. Cela fait deux années qu’il vit sous les feux des projecteurs; il a décidé de mettre pied à terre. “Mo bizin arete, rekile, pou mo kapav avanse.”