« Les chiens errants ne seront plus euthanasiés ». Voilà une nouvelle qui réjouiraient cette armada de personnes qui ont participé à la marche organisée dimanche par le collectif Animal Welfare Together (AWT) qui regroupe plusieurs ONG afin d’attirer l’attention des autorités sur la cruauté perpétrée sur les animaux. Parmi les revendications des manifestants: des campagnes de stérilisation massive et de sensibilisation de la population, la restructuration du comité du Mauritius Society for Animal Welfare (MSAW, anciennement MSPCA) et l’application du Animal Welfare Act en cas d’actes de cruauté ou de maltraitance.
Tous les pays du monde ont des populations de chiens errants. Dans des sociétés les plus civilisés, on privilégie la stérilisation pour réduire la surpopulation canine. Et ces campagnes ont fait leurs preuves. Mais l’île Maurice fait exception. À 2015, « les chiens sont toujours exterminés de la manière la plus inhumaine : par l’euthanasie sans anesthésie comme l’a démontré la vidéo circulant récemment sur le Net » scande les membres du collectif Animal Welfare Together (AWT) fraîchement constitué et regroupant plusieurs associations de défenseurs des animaux comme Saving our Strays (SOS) et des vétérinaires. Celui-ci veut être ces milliers de voix, celles des chiens errants, pour demander au gouvernement d’adopter d’autres mesures, plus humaines, que celle pratiquée à Maurice.
«Animal lovers around the world are angry»
Le rendez-vous était fixé à 10h30 devant l’église de St-Jean à Belle-Rose. Malgré le temps pluvieux, ils étaient nombreux à s’être déplacés pour une bonne cause. Les amoureux des animaux, Mauriciens aussi bien qu’étrangers, venus en famille, entre amis, certains avec leurs chiens, étaient présents pour exprimer leur opposition au traitement infligé aux chiens errants, et proposer des solutions plus humaines. Parmi eux, Judy Wentzel, une artiste-peintre et écrivain originaire de l’Afrique du Sud. Elle portait une pancarte sur laquelle on pouvait lire : « We must speak for them… Good karma ». Pour cette amoureuse des animaux, «sur le plan spirituel, personne n’échappe à cette loi qui veut que l’on récolte ce que l’on sème. Je suis venue apporter mon soutien car je suis choquée et en colère comme tous ceux qui aiment les animaux partout dans le monde. It is our compassionate human duty to speak for those that cannot speak». Comme les autres défenseurs des animaux participant à cette marche, la stérilisation est pour elle la solution pour combattre la prolifération des chiens. «Sterilisation is one of the most important actions. To make sterilisation a law would solve so many problems. If the lower income folk cannot afford the full payment of sterilizing their animals then there could be a small extra taxing on tourists coming in».
Les défenseurs des animaux souhaitent une intervention rapide du gouvernement afin que cesse la pratique de l’euthanasie telle qu’elle est pratiquée au MSAW, c’est-à-dire sans anesthésie. Pour Wayne Gurunaden et Peggy Murten de l’ONG, cette méthode est non seulement inhumaine mais n’a jamais résolu le problème de chiens errants. «Les chiens ne cessent de se reproduire. Et au lieu d’adopter des stratégies de contrôle, des campagnes de stérilisation, la MSAW a pendant des années eu recours à des exterminations massives et cruelles. Aujourd’hui encore, ces tueries continuent. Si nous nous sommes regroupés au sein d’une même association, c’est parce que nous luttons tous pour cette même cause. Notre but, c’est de montrer au gouvernement que le système qui s’occupe du « Animal Welfare » et qui pratique le catch and kill’ est inefficace depuis 40 ans et ne le sera jamais. La solution est une solution à long terme, c’est-à-dire, la stérilisation en masse des chiens errants. Pendant des années, nous luttons pour cela, nous n’avons jamais cessé d’attirer l’attention des autorités contre cette mesure. En dépit de nos protestations, les captures et l’abattage de chiens se multiplient. Nous ne sommes pas là pour faire de la polémique mais pour proposer des solutions», ont-ils dit lors d’une conférence de presse tenue récemment au Hennessy Park à Ébène.
L’AWT demande aussi plus de transparence au MSAW. « Nous voulons aussi agir comme un watchdog et faire des spot checks pour voir comment les animaux sont traités au MSAW. Nous demandons aussi de revoir la manière dont le comité du MSAW est constitué, son fonctionnement, et nous demandons à avoir des représentants du Animal Welfare Together (AWT) sur le board. Nous voulons travailler ensemble avec le gouvernement pour améliorer le bien-être des animaux», a dit Wayne Gurunaden.