Suite a la réunion du comité interministériel d’hier, une des mesures a retenu l’attention : la mise sur pied d’un Task Force. Les objectifs, selon le Premier ministre, consisteront à rendre les enquêtes « plus efficientes » et ainsi mieux coordonner le travail. De même qu’étudier les recommandations du rapport de la Commission d’enquête sur la drogue.

Présidé par le directeur de l’ICAC, Navin Beekary, ce Task Force fait sourciller plus d’un.

Sollicités, les membres de l’opposition sont unanimes sur la question. Ils se rejoignent pour dénoncer que cette nouvelle entité constitue « une stratégie du gouvernement pour perdre encore plus de temps ».

PMSD : « Une farce pour la démocratie »

« C’est une farce pour notre démocratie », a fait ressortir Khushal Lobine, porte-parole du PMSD. « Se enn fason degize pou perdi letan ziska prosin eleksion zeneral ».

Il désapprouve l’équipe instituée pour ce Task Force. « Na pa kapav met direkter l’ICAC, Commissaire de Police ki so post konstitisionel, ou ankor directeur général de la MRA pou fer parti Task Force. Sa bizin fer par lexekitif e par bann lespri indepandan ».

Revenant sur la position de la force policière dans cette affaire, il souligne que le rapport « met les points sur les “i” en ce qui la non collaboration de la police lors des enquêtes ».

MMM : « Directeur l’ICAC enn nomine politik »

Reza Uteem, président du MMM, a déclaré que le Task Force représente « une violation de notre Constitution ».

Et d’ajouter : « Se enn delaying-tactic. Apre Commission d’enquête finn ena komite ministeriel. Asterla Task Force. Tousala se pou anpes sanksionn bann dimounn mantione par komision danket, donk, sertin pros ar gouvernman ».

Le secrétaire-général du MMM, Rajesh Bhagwan, s’élève, lui, contre la nomination du directeur de l’ICAC. « Entre-temps, ler pe pase, marsan lamor pe donn bal. Se enn gouvernman ki pe fonksionn zis ant komite. Mo swete ki direkter l’ICAC, ki enn nomine politik, trouv letan get dosie Vijaya Sumputh et (Youshreen) Choomka ».

PTR : « Komiser polis pe al travay anba enn nomine politik »

Patrick Assirvaden, du Parti Travailliste, soutient que « c’est une mascarade ». Il poursuit : « Premye minis pe fer tou pou gagn letan pou ki rapor-la tom dan loubli. Li’nn met enn komite ministeriel pou etidie rapor-la. Asterla Task Force. Me kestion ki nou poze : eski li ena enn fors legal ».

Il désapprouve, en outre, la place du Commissaire de police dans cette entité. « Premye fwa dan listwar enn pei Komiser polis, ki ena enn post konstitisionel, pe al travay anba enn nomine politik ». Il a tenu à rappeler que, jusqu’à l’heure, aucun policier n’a été suspendu depuis la publication du rapport. « Inn zis transfer. Se cover-up ».

MP : « Le Task Force n’aura pas toute sa marge de manœuvre »

Alan Ganoo, président du Mouvement Patriotique (MP), indique que « je suis d’accord qu’il y ait une entité, mais il faut clairement approfondir les recherches. Cependant le Task Force n’aura pas toute sa marge de manœuvre si certaines personnes optent pour aller en cour ».

D’autre part, il ajoute que « il est clair que mettre sur pied un comite ministériel était prématuré et un non sens, parce qu’il fallait un travaille approfondi ».