Le ministère de l’Égalité des genres, du Développement de l’enfant et du Bien-être de la famille reçoit de nombreuses plaintes concernant la violence sur le lieu du travail, a affirmé la ministre de tutelle, Aurore Perraud. C’était lors du lancement du « pledge » proposé par la Government Services Employees Association (GSEA) pour lutter contre la violence sur les lieux du travail, hier à la Sterling House à Port-Louis. Une activité qui s’inscrit dans le cadre de la Journée internationale contre la violence à l’égard des femmes.
Aurore Perraud souligne que différents genres de violence figurent sur ces plaintes – pression et frustration pour ne citer que celles-ci – et qu’elles concernent, dans la plupart des cas, des femmes. « Mo rasir zot ki minister a lekout de zot bann problem », affirme la ministre. Elle invite tout un chacun présent à la cérémonie d’hier à réfléchir sur son comportement envers sa famille, ses voisins, et ses collègues. Pour elle, il convient de respecter les membres de sa famille, cependant « le respect se mérite ». De même, dit-elle, le respect sur les lieux de travail est important. Une personne victime de violence n’est pas sereine et cela peut affecter son travail et peut même aller jusqu’à la perte d’emploi. Le stress lié à la violence provoque une baisse de productivité et peut mener à la dépression, poursuit-elle. La violence sur le lieu de travail peut aussi affecter la famille car cela crée de la frustration et de la colère.
Le ministère présentera un programme pour sensibiliser les employés sur la violence sur les lieux du travail. Il prévoit que les directeurs des ressources humaines réfèrent des cas de victimes au ministère et le cas échéant, une personne qui sera le « focal point » dans chaque département sera formée.
« L’activité organisée par la GSEA est une preuve que la violence au travail est une réalité », dit Aurore Perraud, qui invite tout un chacun à apporter sa contribution pour la combattre.
Pour sa part, le président de la GSEA, Radhakrishna Sadien, indique que le « pledge » sera diffusé à l’international également. Il annonce que le Bureau international du travail est en train d’élaborer une convention pour combattre tout type de violence à l’égard des genres sur le lieu du travail. Le document devrait être prêt en 2017. Radhakrishna Sadien estime que le rôle du syndicat ne peut se limiter aux affaires salariales et que la famille et la société ont un rôle important à jouer. Il a aussi pointé du doigt la société matérialiste, le système éducatif axé sur les résultats et non sur une formation globale de la personne et les feuilletons qui passent à la télévision qui disséminent une culture de violence. Il s’agit d’un problème de fond et il est important que chacun apporte sa contribution. Le « pledge », dit le syndicaliste, est une feuille de route pour guider les syndicats et les employés pour combattre la violence sur le lieu du travail.