Gouvernement et secteur privé de la Côte d’Ivoire, la locomotive économique de la région ouest-africaine, souhaitent une intensification des relations d’affaires avec Maurice, exhortant les entrepreneurs locaux à prospecter le pays et à y établir des partenariats avec les hommes d’affaires ivoiriens. Dans ce contexte, Maurice a été choisie comme pays invité d’honneur à la cinquième édition du forum économique qu’organisera, les 21 et 22 avril prochains à Abidjan, la Confédération Générale des Entreprises de la Côte d’Ivoire (CGECI), la principale organisation patronale du secteur privé ivoirien.
Cette invitation qui a été transmise à la fois aux autorités mauriciennes et à des dirigeants de grands groupes et représentants du secteur privé local a été bien accueillie, toutes les parties concernées estimant que c’est une opportunité de renforcer les relations économiques « avec un pays ami » qui, de par son positionnement stratégique, est la porte d’entrée vers un marché beaucoup plus important de plus de 300 millions d’habitants, celui des huit États membres de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA). Le forum économique de la CGECI va, selon les prévisions des organisateurs, réunir environ 5 000 participants internationaux et constituera une opportunité d’échange d’expériences et une plateforme de rencontres « Business to Business » entre investisseurs aspirants et confirmés, entre porteurs de projets et institutions de financement, entre autres.
Lors d’une conférence de presse cette semaine au siège social d’ABAX à Ébène, Richard Arlove, CEO d’ABAX, Alain Kouadio, vice-président de la CGECI, et l’ambassadeur Djérou Robert Ly, secrétaire général adjoint du ministère des Affaires étrangères de la Côte d’Ivoire, ont parlé de l’organisation du prochain forum, de ses objectifs et des retombées attendues. Dans les milieux de la CGECI, on souligne que le choix de Maurice comme invité d’honneur est motivé par deux facteurs : a) classée régulièrement No 1 des pays africains dans le rapport « Ease of Doing Business » de la Banque mondiale, Maurice est un « modèle pour les entreprises ivoiriennes » ; b) en tant que plateforme financière de référence, Maurice a développé de nombreux instruments financiers innovants pour le financement des entreprises du secteur privé.
Alain Kouadio s’est appesanti sur l’énorme potentiel que représente la Côte d’Ivoire aujourd’hui. Avec près de 24 millions d’habitants, la Côte d’Ivoire, a-t-il soutenu, est la locomotive de la sous-région ouest-africaine puisqu’elle représente à elle seule près de 42 % du Produit intérieur brut (PIB) de l’UEMOA. Le pays a connu un taux de croissance de 9 % en moyenne sur les quatre dernières années. « Maurice, le premier pays en Afrique en termes de compétitivité et de Ease of doing business, a un savoir-faire. Les entreprises mauriciennes peuvent exporter cette expertise dans les pays à très forte croissance tels que la Côte d’Ivoire. Nous voulons inciter ces entreprises à connaître et à s’implanter en Côte d’Ivoire », a ajouté Alain Kouadio.
Partenaire de la CGECI pour ce forum, ABAX a facilité et organisé les rencontres entre les représentants de la confédération et le secteur privé mauricien. Richard Arlove est d’avis que « le forum s’inscrit dans la vision d’ABAX d’être un des leading providers of integrated advisory, corporate and business services sur le continent africain ». Il a soutenu qu’ABAX « a une réelle volonté de se rapprocher de plusieurs pays africains qui sont les fers de lance de la croissance sur ce continent. La Côte d’Ivoire est en train de confirmer sa position comme un hub d’affaires important et une porte d’entrée sur l’Afrique de l’ouest francophone. »
Par ailleurs, l’Ambassadeur Djérou Robert Ly a souligné que la présence du gouvernement ivoirien aux côtés de la CGECI pour la mission de sensibilisation à Maurice démontre « la volonté de la République de Côte d’Ivoire de faire du secteur privé un des leviers de sa croissance inclusive et durable ». Les organisateurs du forum ont indiqué qu’avec la fin de la crise politique, la Côte d’Ivoire connaît la paix et la sécurité, facteurs importants pour le développement des affaires et pour attirer les investisseurs étrangers. « Nous voulons faire de l’île Maurice un partenaire privilégié dans le cadre de la coopération Sud-Sud et de l’intégration africaine », a ajouté l’ambassadeur.
Notons que préalablement à la tenue de la conférence de presse, le ministre du Commerce de la Côte d’Ivoire, Jean Louis Billon, a été reçu par la présidente de la République de Maurice, Ameenah Gurib-Fakim, le Premier ministre adjoint, Xavier-Luc Duval, et d’autres membres du cabinet ministériel.