Maurice et les Seychelles travailleront de concert pour atténuer les conséquences de la piraterie sur l’industrie thonière, a déclaré Arvin Boolell, ministre mauricien des Affaires étrangères, au cours d’une rencontre avec la presse ce matin en présence de son homologue seychellois Jean-Paul Adam. Des questions concernant les deux pays et ceux de la région ont aussi été évoquées ainsi que le transfert des prisonniers somaliens.
« Maurice et Les Seychelles ont la spare capacity pour augmenter la production du thon, connu comme l’or blanc », a déclaré le ministre des Affaires étrangères Arvin Boolell en présence de son homologue seychellois Jean-Paul Adam. Il indique que Maurice s’approvisionne des Seychelles et que la piraterie a un impact négatif sur les possibilités de développement du secteur.
« Nou pe travay dessus pour voir comment croître la matière première », souligne Arvin Boolell en observant que les deux entreprises mauriciennes et seychelloises ont investi gros dans le secteur pour la moderniser afin de répondre aux normes internationales. Le ministre des Affaires étrangères mauricien souligne que la piraterie est une question qui concerne tous les pays côtiers.
Les deux ministres ont parlé des accords que signeront le président des Seychelles James Michel et le Premier ministre mauricien Navin Ramgoolam sur l’exercice conjoint des droits souverains sur le plateau continental et les modalités d’exploration et d’exploitation des ressources vivantes et non vivantes du plateau continental.
Selon Arvin Boolell, c’est un exemple de solidarité et de partage dans le cadre d’un développement soutenu. Le ministre rappelle que la mer présente un énorme potentiel dans le cadre de la lutte contre la pauvreté et que les Seychelles et Maurice ont la possibilité de l’exploiter.
Pour le ministre seychellois Jean-Paul Adam, les accords que signeront les deux chefs d’État « sont les plus grandes illustrations de coopération entre les deux pays ». Il indique que d’autres pays ont négocié des accords pour agrandir leur « continental shelf » mais « sel moris et sesel inn vinn enn réalité ».
Arvin Boolell s’est appesanti sur un message fort que Maurice et les Seychelles enverront à la veille du sommet Rio+20 pour que la voix des petits États insulaires soit entendue. Profitant de son séjour à Maurice, le ministre Jean-Paul Adam aura une session de travail avec K.V. Bhagirath, secrétaire de la Indian Ocean Rim Association for regional cooperation. Les Seychelles, souligne-t-il, vient de se joindre à l’association.
La situation à Madagascar a aussi été abordée et le ministre seychellois a souhaité que « tout le monde souscrive à la feuille de route » afin que la situation retourne à la normale dans la Grande île et qu’elle retrouve son âme. Les deux ministres ont aussi abordé des questions ayant trait à l’investissement dans les deux pays, de coopération bilatérale au niveau de la santé et de l’éducation, du tourisme. Pour le ministre Jean-Paul Adam, c’est un secteur à la fois compétitif et complémentaire. « En cette période de crise, il est important que nous ayons une stratégie commune et claire », a-t-il dit le ministre seychellois.
Jean-Paul Adam sera l’invité d’honneur à une cérémonie de la Chambre des commerces et d’industrie de Maurice demain.