Paul Bérenger et Sir Anerood Jugnauth ont vivement critiqué la tenue du carnaval de Flic-en-Flac le week-end dernier, alléguant que l’événement aurait coûté un chiffre largement supérieur aux Rs 5 millions avancé par le ministre du Tourisme. Des questions parlementaires seront formulées mardi pour réclamer des précisions sur les dépenses réelles.
Sir Anerood Jugnauth a exprimé des doutes samedi lors d’un meeting rue Dr Reid, à Beau-Bassin, sur les dépenses réelles du carnaval. Selon le ministre du Tourisme Michael Sik Yuen, l’événement aurait ainsi coûté Rs 5 millions. Somme à laquelle l’ancien président de la République dit ne pas croire du tout, allant même jusqu’à critiquer le « shopping festival », qu’il a qualifié de « flop total ».
« Ce carnaval ne va rien apporter aux pays, sauf en termes de gaspillage d’argent », a fustigé SAJ. Plus tôt, le Secrétaire général du MMM Rajesh Bhagwan avait également affirmé qu’un budget supérieur à celui avancé par le ministre Sik Yuen avait été dépensé pour l’organisation du festival. Sir Anerood Jugnauth est également revenu sur les raisons l’ayant poussé à abandonner son portefeuille de président de la République pour fonder une alliance avec le MMM. Ce faisant, il a surtout tenu à répondre à ses détracteurs, qui estiment que son intérêt réel, tout comme celui de Paul Bérenger, serait de convoiter le poste de Premier ministre. « Si mo ti get mo lintere, mo ti pou ankor dans Reduit kot mo pena stres, kot mo gagn enn bel lapeye ek mo enjoy privilez. Monn sakrifie tout sa pou le bien de mo pei paski mo ti pe trouve ki li ti pe al ala derive. Mo na pa bizin poste PM pou mo viv ! » a lancé SAJ. De fait, sa priorité et celle du leader du MMM demeure le « Law & order », selon lui. « Kan nou ti dans pouvoir, eski ti ena ca kantite crimes la ? Dimounn nepli kapav dormi trankil dans zot lacaz. Dimoune nepli capav marse apres ene certaine ler », a poursuivi sir Anerood Jugnauth, avant de se dire « très inquiet » de la situation générale dans le pays.
Intervenant ensuite, Paul Bérenger a dit son « inquiétude » par rapport aux résultats d’une étude entreprise par la firme Moriscopie et selon laquelle 55% des Mauriciens éprouvent le désir d’émigrer dès que l’occasion se présente à eux. Le leader du MMM impute cette situation à la « détérioration de la situation socio-économique », mais aussi à la hausse de la criminalité et à la perte de confiance dans la gestion des intérêts du pays au vu « du nombre de scandales qui ont éclaté ces dernières années ».
Au sujet du scandale du Board of Investment, Paul Bérenger affirme qu’il s’acharne depuis 2007 à « dénoncer des scandales » au sein de cet organisme. Il va même jusqu’à promettre qu’il dévoilera « d’autres détails » de l’affaire au cours de sa conférence de presse hebdomadaire, prévue ce matin. Hier soir à Beau-Bassin, le leader de l’opposition a également fustigé le Commissaire de Police qui, dit-il, « devra s’expliquer au sujet de la visite d’une policière à un détenu purgeant sa peine à la prison de Beau-Bassin accompagnée d’une autre personne ». Par ailleurs, au sujet de la réforme électorale, le leader du MMM dit constater un « manque de volonté politique ». Et de réclamer des élections générales pour, dit-il, « redresser le pays ».
Pour sa part, le député du No 20 (Beau-Bassin / Petite-Rivière) Franco Quirin a exprimé ses craintes face à la montée de la drogue dans la circonscription. Il a également déploré le manque d’activités pour les jeunes et les moins jeunes à Beau-Bassin / Rose-Hill ainsi que la fermeture des clubs de la région. « Beau-Bassin / Rose-Hill est devenue une ville morte où la jeunesse a perdu ses repères », a regretté le député mauve, qui affirme attendre « avec impatience » la tenue des élections municipales. Showkutally Soodun, du MSM, a pour sa part dénoncé un certain nombre de « scandales », dont ceux au sein de la State Trading Corporation.
Pravind Jugnauth, leader du MSM, n’a pu prendre part au meeting étant souffrant.