Une présentation Powerpoint de la compagnie jeudi dernier

Le projet de traitement de déchets à Riche-Terre, signé Veolia, a provoqué une levée de boucliers ce dimanche chez les habitants de cette région, qui contestent l’installation d’un incinérateur. Ce lundi, Veolia a diffusé un communiqué pour clarifier sa nouvelle position.

« L’installation du site servira uniquement au traitement des déchets d’hydrocarbures et de sols contaminés », a indiqué Veolia.« Le traitement de ces déchets exclut l’installation d’un incinérateur sur ce site ».

Veolia a tenu à rassurer le public et les autorités que les dispositions nécessaires seront prises pour construire une station de recyclage et de revalorisation « aux normes européennes ».

Inquiétudes.

Les habitants de la région ont, depuis l’annonce de ce projet, vivement exprimé leur désaccord. Comme lors de la réunion organisée avec les responsables de Veolia la semaine dernière.

Hier, les habitants ont reçu le soutien de députés de la circonscription lors d’une manifestation.

« Nous ne soutiendrons pas les projets qui mettront en péril la santé des habitants et surtout l’environnement », a déclaré le ministre du Travail, Soodesh Callichurn, présent lors de manifestation d’hier, à Baie du Tombeau.

Vêtu de son pull affichant le slogan « insinerater nou pa ‘le », le député du no 5 est d’avis que la santé des habitants « sera menacée » par cet incinérateur. « C’est pour cela que je les soutiens dans cette démarche », a-t-il expliqué.

Aurore Perraud, députée du PMSD et habitante de Baie-du-Tombeau, a déclaré se sentir « très concernée par cette menace que représente l’installation de cette usine à Riche-Terre ».