« La police devrait-elle travailler sous l’influence politique? ». C’est ce qu’a demandé ce jeudi Jaylall Boojhawon, président de la Police Officers Solidarity Union (POSU), qui prévoit de demander une Judicial Review après le transfert de deux policiers.

Deux policiers du poste de Vallée-Pitôt, qui étaient intervenus dans les rues de Plaine Verte la semaine dernière pour enlever des affiches politiques illégales, ont été transférés le jour suivant. Ce jour là, alors que ces policiers avaient reçu l’ordre d’intervenir, un agent politique aurait tendu un téléphone à un des officiers, lui indiquant que « enn minis pou koz ek ou la ». Refusant de prendre cet appel, le policier en question a continué à faire son travail.

Le jour suivant, les deux policiers ont fait l’objet de transfert à la Western Division.

Lors d’une conférence de presse ce jeudi, le président de la POSU a dénoncé ce qu’il qualifie de « transfert punitif ». Revenant longuement sur les faits, Jaylall Boojhawon a affirmé que la POSU se tournera vers la justice.